L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)

Et pourquoi pas une longue plage?
7/11/2017
1 commentaire (s)

Recherche de transparence, d'abord les faits!
3/11/2017
0 commentaire (s)

Parce que les Méganticois méritent plus...
3/11/2017
1 commentaire (s)


Archives      


La ville des âmes en peine
Rémi Tremblay  ( 8/7/2013 )

La semaine se terminait pourtant bien. Jeudi, la mairesse Colette me recevait pour faire un bilan de son séjour en France. La morosité politique et économique, là-bas, offrait des opportunités d'affaires qui laissaient planer des jours meilleurs pour la ville et la région. «Quand on se regarde on se désole mais quand on se compare on se console», disait Colette. Au même moment, Pierre, notre collaborateur photographe, se trouvait à la gare patrimoniale pour les débuts de l'exposition sur l'histoire du chemin de fer. Le chemin de fer qui a amené la création et le développement de la ville.

Vendredi, Sophie du Musi-Café m'appelait pour qu'on puisse parler davantage du bar, après tant d'efforts sur des travaux intérieurs. Vendredi midi, Nicolas et l'équipe de la Traversée internationale du lac Mégantic dévoilaient la programmation. Un record de nageurs et de pays inscrits. Le retour de l'équipe du Brésil favorise aussi le Dollarama, un commerce que les nageurs brésiliens ont beaucoup fréquenté l'an dernier. Un Dollarama tout neuf! Quelques minutes plus tard, après avoir dîné avec Yannick, le proprio du Musi-Café, le député et ministre Christian faisait l'annonce de subventions pour des programmes d'emplois étudiants, devant les bureaux d'accueil touristique, dans la gare patrimoniale. Au comptoir d'information, un couple de visiteurs de Boston s'informait des endroits à visiter. Leur premier séjour en terre méganticoise.

La fin de semaine allait être agréable, surtout que la température chaude acclamait le retour de l'été après des jours de pluie. En soirée, le Musi-Café accueillait une masse d'habitués et de nouveaux venus.

Fin de l'histoire d'une vie qui filait comme un long fleuve tranquille.

Peu après 1 heure du matin, début d'un nouveau chapitre. Réveil brutal de mon fils Pierre arrivé en panique: vite il faut évacuer. Le centre-ville est en feu! Quelques minutes plus tôt, il était devant l'écran de son ordinateur, dans son logement du boulevard des Vétérans quand le ciel s'est enflammé! Sur le pilote automatique, en mode panique, réveille la conjointe,Marie-Douce, et les enfants, Félix et Maïllée. On sort vite! Dans l'escalier, il se souvient que ses clés d'autos sont quelque part dans la cuisine. Dans la noirceur, dieu du ciel, il les retrouve. Des secondes d’angoisse. Départ rapide vers le chemin des condos. Direction chez nous. Le temps de rejoindre ma fille Anne-Marie sur Laviolette et on «décrisse», toute la troupe, vers Nantes. Terre de salut ! Refugiés chez Maryse et son conjoint André, avec Line et ses filles.

Yannick, le proprio du Musi-Café, est sorti de sa maison de la rue Papineau et court vers le centre-ville sans prendre le temps d'enfiler une chemise. Personne ne sait ce qui se passe mais le ciel en feu, les explosions en chaîne et un bruit sifflant de gaz qui s'échappent de partout donnent à la scène des allures de fin du monde.

Au centre-ville, l'enfer recrache toutes ses entrailles. Vomissement rouge sur lit noir. Ironie du sort, des fumeurs doivent la vie à leur cigarette. Plusieurs clients du bar, au coeur même du tourbillon de flammes, ont été les seuls à pouvoir s'échapper. Yvon vient à peine de quitter ses amis, qu'en traversant la rue Frontenac pour regagner le condo, il voit venir le train qui entre en ville à folle allure. Le train de la mort ne s'arrêtera pas.
Quelques secondes plus tôt, René s’étonne. Le clic-clic du train roulant sur les rails, il connaît! Mais cette fois, pas d’espacement entre les clic-clics. À l’oreille, le convoi file à 60… milles à l’heure!

La caravane des 73 wagons-citernes noir déraille au détour. Le bruit, le renversement, le déversement, l’empilement, la rivière de pétrole brut et le feu… Un torrent de flammes qui suit la gravité du terrain sur le lit d’un ancien ruisseau! Yvon court... le mur de feu derrière lui le pourchasse à travers les haies de cèdre. Rue Frontenac, Bernard, le cuisinier, est sorti griller une cigarette et rejoindre d'autres clients qui profitent d'une fin de soirée chaude. Les bombes sur rail se renversent, s'empilent les uns sur les autres, se vident et l'incendie s'allume! Les plus chanceux réussissent à fuir à toutes jambes, l'un d'eux avec son verre encore en main. Maude court, la chaleur dans son dos est intense. Il ne faut pas s'arrêter. Une cliente veut regagner son auto, stationnée de l'autre côté de la rue. La fureur du tsunami de flammes, de quatre pieds de haut, ne lui laissera aucune chance.

Chacun a son histoire d'horreur à raconter. Des images qui ne s'effaceront pas. Sur le boulevard des Vétérans, Louis-Serge aperçoit le torrent surgir dans la cour arrière. Vite, Thérèse est déjà dehors, ainsi que les voisins, Jacques et Violette. Tout le monde grimpe dans l'auto. Un voisin, Serge, a tout juste le temps de prendre la petite-fille qu'il garde avec Carole et de la «jeter» sur un siège. L'auto démarre en trombe. Dans le rétroviseur, des images de fin du monde! Plus loin, Denis a le même réflexe de survie avec Céline. La fuite en mode urgence. De l'autre côté du boulevard, Patrice et Jacynthe sortent les enfants. Le doc va cogner chez la voisine d'en face. Elle aura la vie sauve, mais pas Roger, le locataire d'en haut qui ne se réveillera pas. Line et ses filles sortent de leur logement en courant. Pas le temps de prendre la voiture. Richard habite voisin du centre funéraire Jacques & Fils quand le bruit et le ciel orange le réveillent. «Je suis parti du Musi-Café il devait être 11h30 (23h30). J'ai vu tout le monde qui sont là, je les ai tous vus toute la gang, même mes meilleurs amis sont tous là! Quand je suis allé me coucher, je me suis fait réveiller par un bruit que j'avais jamais entendu, du métal sur métal... On dirait que c'était les trains qui breakaient sur la track! Ca grichait et là, ça s'est mis à vibrer. Quand je me suis ouvert les yeux, moi je suis marqué pas ça, je dors pas... J'ai dormi je pense quatre heures depuis vendredi (l'entretien se déroule lundi matin). C'est le jaune orange dans ma chambre. C'était tellement clair... Je ne savais pas c'était quoi. Je suis sorti dehors, au bout du mur de la maison, les trains s'empilaient tous. Et là ça a pété! Quand j'ai vu la boule de feu s'en venir, là j'ai vu la boule longer le mur des ambulances, y'a fait assez chaud, là!». Sur l'adrénaline il est revenu dans son logement. «Je cherche mon portefeuille, mon cellulaire, mes clés de char, elles étaient sur la table et je ne les voyais pas.»

L'évacuation commence. Désordonnée mais sans incident. Direction rue Laval vers le Carrefour, Walmart et Laval-Nord. Quelque temps plus tard, le défilé de camions incendie vers le centre-ville donne le ton à la nuit qui promet d'être longue.

Une dame revenant de Sherbrooke a aperçu un semblant de lever de soleil orangé dans le ciel de Mégantic. Ben, qui travaille à Radio-Canada, découvre le phénomène depuis Milan. L'impossible est arrivé! Il sera l'un des premiers à pouvoir alimenter RDI en images depuis sa ville natale en feu!

Déjà, la vie à Lac-Mégantic vient de basculer. En l'espace de quelques heures, une petite ville de 6000 habitants deviendra le point d'intérêt d'une partie de la population de la planète! Le passage de «la voie ferrée à la voie lactée» à vitesse grand V comme le train fou qui a profité d'un moment d'inattention, d'une erreur mécanique ou humaine «what the fuck» pour aller faucher des dizaines de vies.

Un drame prévisible, mais jamais de cette ampleur! Jamais à un tel coût humain! Jamais d'une telle violence aveugle! Alors, facile d'imaginer ce qui serait arrivé si, dans la centaine de produits dangereux qui roulaient quotidiennement sur cette foutue ligne de chemin de fer, il s'était trouvé des matières hautement toxiques, tel du chlore. Facile d'imaginer ce qui se serait passé si le train fou avait échappé à son conducteur un vendredi midi, comme il en passait si souvent, au quotidien! Il ne pouvait cramer à une pire place. Une zone urbaine encore fortement animée en ce vendredi soir où les esprits étaient à la fête!

Samedi et dimanche, alors que s'installait un «village» de réfugiés à la poly, les médias débarquaient de Montréal et d'ailleurs pour témoigner du pire et les politiciens de toutes tendances, de tous paliers de gouvernement, de toutes couleurs, se pointaient en guise de soutien. Pauline Marois et Stephen Harper, eux, en étaient à leur première visite.

La mairesse Colette n'a jamais été autant entourée d'amour. Cette femme est forte! Colette est une géante, n'en doutez plus! Elle, la première, n'en veut plus de train dans sa cour. Le conseil municipal a eu tellement de misère à dealer avec Montreal Maine & Atlantic ces dernières années. Sûrement que le centre-ville ne se reconstruira pas avant que la solution soit trouvée.

Dans la population, les images, le bruit des explosions hantent, jour et nuit. La peur s'installe dans le subconscient! Des enfants réagissent aux moindres bruits. Une moto qui passe, aux oreilles d'un enfant, peut être confondu avec le bruit de cet hélicoptère qui survolait tantôt la maison à basse altitude, en dehors de la zone sinistrée. Zone sinistrée ou zone de guerre, barricadée pour nous protéger! Disent-ils!

Ce matin, quel jour on est? Lundi. La pile du cellulaire est à plat. Le chargeur est à la maison, en zone jaune. Passeport obligé! Avec mon chandail du «Che» pris en vitesse par mon gendre au cours d'une visite «autorisée» à la maison, je me pointe aux barricades, gardées par des agents de la GRC. Moi le sans-papier, ma carte de presse laissée sur un meuble à la maison. «Je ne suis pas dangereux!» leur dis-je! Mais, dans une ville assiégée, il faut montrer patte blanche! On ne défie pas l'autorité. En marche vers Fatima, le sud, pour contourner le périmètre délimité en rouge, je croise François. Le thanatologue est préoccupé. Le centre funéraire est rasé, le crématorium aussi! La ville sera-t-elle vraiment capable de s'en remettre? En mission commandée, il travaille avec le bureau du coroner à recueillir les corps calcinés sur les différentes «scènes de crime». Le respect est de mise.

En route pour l'autre partie de la ville, j'emprunte le pont des motoneiges... un endroit qui échappe à la surveillance policière. Endroit bucolique. Un carouge siffle! Les moustiques sont à la recherche de chair fraîche. En bordure du sentier pédestre nouvellement aménagé, des panneaux pour rappeler la beauté du sanctuaire. La rivière Chaudière a pris des drôles de couleurs. Des nappes huileuses arc-en-ciel suivent le courant direction le Saint-Laurent. Le voyage sera long. La rive est macabre. Visqueuse! À oublier par les pêcheurs pour un bon bout de temps! Les milliers de truites récemment ensemencées ont-elles survécu dans cette marée qui a mis des heures à atteindre Saint-Georges et des heures encore à rejoindre Charny? Le long du cours d'eau, un camion pompe les eaux pétrolières qui ont échappé aux flammes, après le déversement de la centaine de milliers de litres de leur bel or noir! Je ne suis pas le bienvenu! Tant pis! Retour à la maison, avec les idées tout mélangées.

Ces 48 dernières heures, les âmes en peine rencontrées au fil des milliers de pas, entre la ligne de feu, près de la caisse populaire et le centre névralgique des opérations, basé à la poly, ont eu besoin de parler d'un événement irréel qui les a sérieusement secoués. À la télé, on passe en boucle une nouvelle télé-réalité Les explosions à Lac-Mégantic. Des témoignages à la tonne! Des proches des victimes qui ont tous fait preuve d'une belle dignité dans l'épreuve. On a de quoi être fiers de nos représentants tels la mairesse Colette, le préfet Maurice, le député Ghislain et le ministre Christian, des responsables sur le terrain tel le directeur du service des incendies, Denis Lauzon, du directeur de la Sûreté du Québec de la MRC du Granit, Daniel Campagna, des responsables de départements à la voirie, au transport, name it! Jamais été aussi fier d'être Méganticois depuis le championnat du Turmel!

Et jamais aussi en colère contre Montréal Maine & Atlantic! L'entrepreneur Raymond a tellement bien parlé à RDI quand il a laissé crier le fond de son cœur et de sa pensée! Il perd quatre membres de son entourage. MMA, une compagnie broche à foin subventionnée à coups de millions par le fédéral et qui n’a jamais eu le moindre respect envers la communauté!

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     126 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vos commentaires
Georges (2013-07-08 à 21:52)
Je sympathise avec tous les meganticois et je suis certain que vous allez vous en remettre car vous le prouvez avec votre solidarite,l,entraide,votre efficacite et votre tenacite dans ces moments extremement difficile

Mes pensees et mes prieres sont avec vous. COURAGE

Daniel Pellerin (2013-07-08 à 18:56)
magnifique texte, qui résume une nuit d'enfer que j'ai vécu à distance chez moi à Lévis avec Benjamin mon fils, on se sentait impuissant mais tellement impliqué, nos amis venais de disparaître, car nous demeurions dans cette magnifique ville il y a peu de temps. Merci

Pierre-Luc Poisson (2013-07-08 à 23:05)
Sherbrooke, lundi 8 juillet 2013. 22h22.
Bonsoir, bonjour,
Je viens de terminer de lire ton billet d'humeur, je suis dans mon appartement à Sherbrooke, au 6e étage, dans un 10 étages, un 175 logements; mais la tache, à côté "de la maudite "track" de la MMA!!! Mais je pleure en sanglots, j'ai mal pour mon monde de "Mégantic"; j'y suis allé hier chez le paternel sur la rue Agnès; mais la zone dévastée (mot infime)... pas de mots! Quoi faire, comment ces êtres meurtris, disloqués vont survivre, se reveler? Ces personnes tuées et brûlées vives...notre centre-ville, le gagne-pain des méganticois-e-s, la quiétude et la beauté de notre ville avant le samedi 6 juillet 2013 00h...avant l'arrivée de plein fouet du convoi funéraire de MMA... Les prochains jours seront... Merci Rémi pour ces lignes! Je ne peux m'arrêter de penser... ma tête et mon coeur sont à "Mégantic"; courage, force, bondir, pleurer, crier, tendre la main, consoler.. ♥♥

Claudia Collard (2013-07-08 à 21:46)
Un article criant de vérité. Je suis sans mot...

Sonia Dumont (2013-07-08 à 21:28)
Quelle description! Tout y est dit. Rien à ajouter. Merci Rémi. Maintenant, il faut arriver à vivre l'après......on a tout un défi devant nous.

Sonia Dumont (2013-07-08 à 21:28)
Quelle description! Tout y est dit. Rien à ajouter. Merci Rémi. Maintenant, il faut arriver à vivre l'après......on a tout un défi devant nous.

Jean Ethier (2013-07-08 à 20:48)
Merci Rémi de nous relater ces moments vécus. J'essaie toujours d'imaginer ce qui en est et c'est un mur de consternation qui me bloque la gorge et m'empêche de respirer. Imagine, je suis à 100 kilomètres et j'étouffe. Thérèse, ma conjointe, est au lac pour gérer une cellule de crise. Je dois descendre demain pour aussi prêter main-forte.


Fred de France (2013-07-08 à 18:58)
Chers "Cousins" canadiens, nous sommes nombreux ici en France à suivre les événements et à bien penser à vous. Nous vous souhaitons beaucoup de courage pour la suite...

Fred

Yves Laroche (2013-07-08 à 19:42)
Très émouvant

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver aux gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer.

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver au gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer. A+.

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver au gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer. A+.

Evelyne Savard (citoyenne de Lac-Mégantic et ville natale) (2013-07-08 à 19:37)
Je suis toute boulversée par ce qui viens d'arriver au gens décédés ds cette explosion et je suis bien triste que notre centre ville soit détruit. Ns avions une très belle place avec une histoire de plusieurs années et avec des bâtiments de 125 ans et plus. J'espère que la compagnie ferrorière payeront un gros montant pour soulager nos perte car il y a eu sûrement une négligence. Je suis les inf. et l'on devra faire quelque chose pour que ça ne se reproduisent plus jamais. Merci! de ns donner la chance de ns exprimer. A+.

Lucie Blais (2013-07-08 à 20:48)
Très beau texte qui représente très bien ce qui s'est passé. Merci!

Pauline Bolduc (2013-07-08 à 23:32)
Merci Monsieur Tremblay. Votre article - témoignage - cri du coeur, est fait d'un élan rarement vu en journalisme. Vos mots incarnent une réalité qu'on peine à imaginer... mais une réalité qui nous fait beaucoup de peine, à tout le monde au Québec. Et même au delà. Merci... Pas d'autres mots...

Monique Laprise (2013-07-09 à 18:42)
Bel article touchant qui rend hommage à la vitesse de réacion des survivants et qui j'espère amènera une réflexion en profondeur sur le transport de marchandise dangereuse. Ce qui est arrivé chez-vous pourrait arriver n'importe où. Et en ce qui nous concerne ma famille et moi quand une partie du Québec pleure nous pleurons avec elle. Courage gens de Mgantic la résilience est inscrite dans nos gèns nous les Québésois. Que Dieux bénisse ceux qu'il a rappel à lui et les autres qui survivent avec leur peine et ces images en tête

Lise McNicoll (2013-07-09 à 18:41)
Cher M. Tremblay....votre histoire ferait un succès monstre pour une lecture d'un livre d'horreur. Je ne peux imaginer une histoire aussi macabre et invraisemblable dans une réalité si réelle et perceptible...Je suis en larmes en lisant votre récit vécu cette nuit là.. Je suis de tout coeur avec toute la communauté du Lac-Mégantic et mes pensées sont avec vous tous pour vous r souhaiter COURAGE et ESPOIR des jours meilleurs et aussi que les responsables paient très cher leurs inconscience..


Louise Doyon (2013-07-09 à 18:18)
Malheureusement, un autre cas où les $$$ passent avant toutes choses, même la vie des gens. On ne traite pas ces locomotives de la mort, comme on traite un déchet dont on ne se préoccupe pas. !!! On a en main, des énormes possiblités de faire des morts.......on y met donc et les $$$ et l'énergie pour rendre cet équipement plus sécuritaire que possible. On doit oublier cette maudite $$$ et respecter la vie des autres.

France Ouellet (2013-07-09 à 17:18)
A chaque phrase je pouvais imaginer comment on peut se sentir bouleversé en voyant sa ville natale si sauvagement dévastée et juste à l'aube de la saison estivale et tout cela pour du pétrole qu'on méprise déjà pour mille raisons. On oublira pas et on ne pardonnera pas!

Joane Charron (2013-07-09 à 17:17)
Courage...nos pensées et prières vous accompagnent...

laplante, claudette (2013-07-09 à 16:50)
merci pour ce bon reportage m. Tremblay...il n,y a pas de mots que de la compassion pour cette petite ville ou j,y ai passé mon enfance...que de beaux souvenirs...pourquoi ca leur ait arrivé à eux...alors l,erreur humaine doit être dévoilée et les responsables devront en payer les conséquences...on ne joue pas comme ca avec la vie de nos concitoyens...il faut que les gouvernements y voient à tout prix...

Fontaine Suzanne (2013-07-09 à 16:43)
Quel témoignage émouvant et percutant! Je traversais vendredi soir dernier le centre ville vers 22.30 h.et faisais remarquer à mon conjoint comment la rue principale n`avait jamais été aussi belle et animée. J`ai vu le musi-café rempli de monde;j`espère que ce sacrifice humain en réveillera plusieurs afin que plus jamais un tel carnage ne se reproduise.Bon courage!J`ai mal à mon Mégantic natal.

Pauline Hamel (2013-07-09 à 16:03)
Du fond de votre enfer que Dieu vous vienne en aide s'Il existe. Pourquoi alors n'était-Il pas la ce soir là?

Dominique Côté (2013-07-09 à 18:50)
Tout un article que tu nous décris, ce texte qui nous déchire, nous enrage...Mégantic ne sera plus jamais la même. Tout ce que je souhaite, c'est qu'elle se rétablisse au plus vite, mais elle restera marquée à jamais à cause de l'insouciance d'un incompétent :(! Merci Rémi, et bon courage à toi, tes proches et tous les Méganticois!

Ann Robitaille (2013-07-09 à 22:08)
un texte qui nous fait découvrir un peu plus de l'intérieur où en éatit Mégantic - plein de poésie et où tous les sentiments s'expriment - magnifique et douloureux - Et vous avez su faire ressortir la dignité, la chaleur et la force des méganticois : des atouts qui leur permettront de se relever - Vous aurez beaucoup d'aide, n'en doutez pas


Marie de Burlington, Ontario (2013-07-09 à 16:33)
Nous sommes en Ontario, avons beaucoup d'amis au lac Mégantic. Nous demeurons à un coin de rue ou les deux déraillements sont survenus à Burlington il y a 1 an et 4 ans. Nous avons la voix ferre devant notre maison, dans un cartier résidentiel. Nous sommes de tous cœur avec vous et collectons pour la croix rouge pour vous venir en aides.

Roger Couture (2013-07-09 à 19:02)
Enfin les vraies choses sont dites .... ( Che lui même n`aurait su mieux dire les choses )

Alain Cournoyer ( Québec ) Ancien résident de Lac-Mégantic, pendant 25 ans. (2013-07-09 à 19:12)
Les puissances de l’enfer ne prévaudront point contre elle! Un train fou, portant en ses flancs des cargaisons de mort, file à une allure démentielle dans la nuit noire; saurez-vous reconnaître cette nuit dont la déraison et la marchandisation constituent l’essence première. Il s’est emballé, on ne sait trop quand ni comment, mais voici que l’on vient de réaliser qu’il est dépourvu de conducteur … On savait qu’un capitalisme effréné servait d’agent propulseur à une certaine accélération de cette locomotive démentielle, guidéé par les seuls diktats du commerce; mais voilà, Kafka l’aurait-il imaginé, on vient de réaliser que ceux qui la font avancer, ne la conduisent pas, que personne ne la contrôle ! Son carburant infernal comporte un mépris à peine dissimulé, pour ceux qui ne contribuent pas à son mouvement, tous ces pauvres hères qui ne font pas partie du club très sélect des adorateurs du veau d’or, du profit illimité; ces hommes d’énergie, qui courent frénétiquement dans ce stade où l’on idolâtre le grand capital, où l’on se bouscule pour devenir ses médaillés! Le premier article de leur crédo s’intitule « De la marchandisation tous azimuts», car c’est bien elle qui propulse ses adeptes de plus en plus vite, vers une satisfaction jamais atteinte…Ces élus qui ont su se placer au rang des gagnants, n’éprouvent qu’un mépris viscéral pour les misérables badauds, ces laissés pour compte, qui stagnent sur le quai du gagne-pain quotidien.Oui, c’est bien lui ce train qui vient de planter l’aiguillon de la mort et de la dévastation juste ici, à mes pieds, par une belle nuit d’été, alors que je veillais sur ce petit peuple qui ne demandait qu’à poursuivre une vie juste et raisonnable. Une collectivité comme bien d’autres, pour qui les valeurs qui me sont chères, s’intègrent tout naturellement à leur existence ! La solidarité, l’entraide le support mutuel, bref les valeurs du cœur, incarnés de longue date, bien avant les crédos marchands.
Mais dis-moi «Mammon», ( Dieu Syrien qui présidait aux richesses ) où donc est ta victoire par-devant tous ceux-là que tu regardais de bien haut, tous ces hommes de cœur pour qui la vie humaine est primordiale ; cette vie que l’on se doit impérativement de protéger et que ton crédo considère comme un simple combustible pour alimenter la machine à gérer des profits démesurés …
Où donc est ta victoire, alors que cette collectivité que tu viens tout juste d’immoler sur l’autel du profit, déploient en cette heure comme jamais auparavant, leurs valeurs de solidarité, d’entraide et de support mutuel ? Ils me ressemblent vois-tu. As-tu pris un instant pour me regarder, moi bien installé aux premières loges de votre enfer, je ne baisse pas les bras, je me pose devant vous comme un défi, vous barrant la route du temple où se rassemblent ceux-là même, dont les croyances sont aux antipodes de vos règles aussi impitoyables qu’inhumaines.
J’éprouve une certaine pitié pour vous, déjà tout disposés à poser des diachylons sur les plaies béantes que vous avez creusées…Vous ne bernez personne, le remède ne se trouve pas dans vos banques d’insensibilité …Nous savons bien, que ce ne sont pas vos larmes de crocodiles qui éteindront le brasier de nos souffrances. Seules notre humanité et nos valeurs chrétiennes, peuvent appliquer un baume sur l’abîme des nos douleurs; et je puis vous assurer que les Méganticois y parviendront malgré tout, malgré vous.
Le Sacré-Cœur droit devant Ste-Agnès
( Par Alain Cournoyer , 7 juillet, 2013.





Jean Lemieux (2013-07-09 à 20:07)
Jamais les mots et les images ne réussiront à visualiser ce que les coeurs vivent et vivront encore longtemps. Mais vos mots et les photos du photographe de la SPIQ nous approchent de l'horreur que vous vivez et on ne peut rester indifférents. Comment trois millions d'années d'évolution peuvent en venir à cette connerie sans nom. Les gens de la MMA devraient être classifiés dans la catégorie erreur de l'humanité. On ne peut mettre la vie des gens en danger pour quelques dollars ... La bêtise humaine à son plus haut niveau.

Bon courage.

Madeleine Couture (2013-07-09 à 20:58)
Votre texte résume bien la pensée de ceux et celles qui aiment cette si belle ville qui, j'en suis convaincue, se relèvera un jour de cette terrible épreuve.


Patricia Bécavin (2013-07-09 à 21:37)
Merci de ce témoignage poignant. J'espère que toutes ses âmes envolées vous aideront à passer au travers. Et j'espère surtout que cette fois les vies humaines compteront plus que les dollars. De tout cœur avec vous tous.

MatanteHélene (2013-07-09 à 21:41)
Article émouvant d'une expérience qui nous laisse sans voix.

Pauline Hamel (2013-07-09 à 16:03)
Du fond de votre enfer que Dieu vous vienne en aide s'Il existe. Pourquoi alors n'était-Il pas la ce soir là?

Sophie Bélanger (2013-07-09 à 22:07)
Très beau. Je suis de Frontenac la municipalité à côte de Mégantic à 10 minutes.
Depuis vendredi soir dans la nuit, moi-même j'arrivé plus à bien dormir comme le reste de la région. Mes j'ai quelque chose à dire sur le train qui nous a brisés plusieurs vie et notre ville. Jeudi le 4 juillet 2013 le train à arrêter à deux cents pieds de cher moi vers 12h00 et le moteur fonctionnait toujours, plus tard vers 13h30 je suis allée voir parce que je ne trouvais pas ça normal de le voir là parce qu'il n'a jamais mais jamais fait ça. Quand je suis arrivée tout près j'ai remarquer qu'il n'y avait personne et que le moteur fonctionnait toujours. Je suis revenu cher moi pis j'ai téléphoner pour savoir ce qu'il fessait là. Le monsieur ma dit qu'il avait un problème et 30 second après il me dit que son conducteur à tombé malade, et que son remplacent vers arrivé vers 16h00. J'ai demander si il y avait tu danger pour les wagons de pétrole qui était tous là à deux cents pieds de cher moi. À ce moment la j'ai eu comme une boulle dans le ventre. Le monsieur ma dit que non il n'avait aucun danger que tout était sécuritaire. Alors j'ai garde la peur au ventre tout l'après-midi. Et je peux vous dire que les wagons que j'ai vu cette journée là était les mêmes que s'eux qui nous à enlève la vie à plusieurs personne pis à détruit notre ville. Le pire dans tout ça est hier soir dans la nuit de lundi à mardi le train à passé pis j'ai eu très peur. Pour vous dire que si le train passe à côté de cher moi ces parce qu'il à été obliger de passe par Mégantic alors comment ca ce fait qu'il fonctionne encore le maudit train de la MMA. Je suis avec vous ma ville.

Sylvie Lefrançois (2013-07-09 à 13:30)
Quel texte Monsieur Tremblay!
J'ai l'impression d'avoir vécu ces moments d'horreur en vous lisant!
Toutes mes sympaties à Lac Mégantic en entier!

Denis Clément (2013-07-09 à 22:25)
Une autre manière de raconter. Au-delà des chiffres et du petit détail morbide, on sent bien toutes les émotions qui traversent chacun de nous. Merci et courage.

Florent Baril (2013-07-09 à 22:30)
Bouleversant au max...merci pour votre récit ..sympathie à tous ..et bon courage.

MatanteHélene (2013-07-09 à 21:41)
Article émouvant d'une expérience qui nous laisse sans voix.

Sophie Bilodeau (2013-07-09 à 12:38)
Wow! quoi dire de plus...Nous on habite sur la rue Papineau juste voisin de chez Yannick proprio du Musicafé. On se sent tellement impuissant, la colère, la tristesse, les émotions se bousculent. On se sent coupable d'avoir été épargné. Mes filles sont traumatisées depuis ce réveil brutal en pleine nuit.Des amis, des proches de nos amis, des connaissances, les prochaines heures seront terribles lorsque les noms des victimes seront confirmés. Un drame qui se poursuit. Courage à vous tous mes voisins et amis.


Guylaine (2013-07-09 à 00:52)
Un bijou cet article.Vous racontez si bien aussi bien l'horreur que l'espoir.Bravo.

SYLVIE OTIS (2013-07-09 à 01:11)
Monsieur, Je suis tellement désolée et bouleversée par votre récit, celui de beaucoup de Mégantois comme vous!!! Les mots me manquent mais je tiens à vous souhaiter bon Courage pour l'avenir... Et mes sympathies pour toutes les personnes, comme vous, infligées par la douleur avec un grand D :(:(:(

Danielle (2013-07-09 à 06:54)
Merci pour ton récit.

Gwinner jean.marie (2013-07-09 à 07:48)
De France,nous souhaitons bon courage aux habitants victime de ce drame.
Nous étions en séjour dans votre superbe région l.an dernier et sommes très peiné.

Serge Denis (2013-07-09 à 08:23)
Merci pour ce témoignage bouleversant.

Annick (2013-07-09 à 08:46)
Un article qui parle et qui termine en vérité. Tout le monde pense la même chose. Cette compagnie, c'est de la marde pur. Même pas foutu de se déplacer ou de tout faire en sorte pour que le drame ne se reproduise pas... Chez mon copain, nous avons pu clairement constater qu'un autre train avait les moteur en marche sans conducteur, porte DÉBARRÉE. Depuis le train a été éteint suite au passage des autorités qui ont été alerté par un vidéo sur Youtube et hier le train a repris la route pour d'autres horizons. Probablement les États-Unis, puisque dans l'autre direction quelques kilomètres plus loin c'est complètement bloqué par nul autre que le train de la mort!

Christian Couture (2013-07-09 à 08:49)
De tout ce que la presse a publié jusqu'à maintenant c'est votre papier le meilleur à mon avis !

Christian Couture (2013-07-09 à 08:49)
De tout ce que la presse a publié jusqu'à maintenant c'est votre papier le meilleur à mon avis !

Sonia Dumont (2013-07-09 à 10:28)
Ce texte représente tellement la réalité. Rien à ajouter, tout est dit. Merci Rémi .

Céline (2013-07-09 à 10:44)
Bonjour, samedi matin je me dirigeais à Montréal pour le cyclo-défi Enbridge contre le cancer, quand à la radio nous avons entendu cette terrible nouvelle. Le reste du week-end je ne me suis pas connectée à l'actualité. Ce matin, ce texte me fait vivre l'expérience comme si j'y étais. C'est très touchant et très bien écrit, je vous en remercie et vous félicite. Je n'en lirai pas d'autres. Je vis aussi dans une ville où transigent des convois de produits dangereux et toujours je me demande quand nous aurons une mésaventure.

SIMONNE DIONNE (2013-07-09 à 13:53)
Cher monsieur Rémy, c'est avec beaucoup d'attention, mais surtout d'émotions que j'ai parcouru votre article des plus percutant, c'est le moins que je puisse dire. Félicitations pour vos écrits, professionnels, relatant les faits comme si on y était, ce n'est pas un enchantement, c'est certain ,mais vos propos sont si bien amenés que j'ai tenu jusqu'au bout. Merci de votre authenticité, de votre courage malgré le désarroi qui vous accable certes en ce moment. Je suis loin, enfin à quelques kilomètres de Mégantic, je suis et demeure compatissante avec tous les gens de votre municipalité et les environs touchés par cette tragédie. Le Québec, le Canada et probablement le monde entier est touché en ce moment, quand on sait à quelle vitesse l'information circule. Bref! Que dire d'autres que vous témoignez ma reconnaissance de trouver en vous un cœur rempli de désir de partager. Je vous lirai encore et suivrai encore même si l'âme meurtrie, car quoi de plus déchirant que la perte d'un être cher! Bien à vous! Courage pour la suite! De tout cœur, âme et esprit avec vous! ...

Ginette Guévin (2013-07-09 à 11:13)
Nous nous sommes installés récemment, mon conjoint et moi, dans un village environnant, nous faisons toutes nos courses à Mégantic, la relation avec les commerçants y est tellement chaleureuse , c'est un plaisir de faire affaires avec eux, et maintenant, cette tragédie inhumaine... L'immeuble de ma couturière Marcelle n'est plus là, ni la lingerie de Marie-France Boulet, et elles, sont-elles là? Une sœur de Marie-France, hier à la télé, disait que non. Et une aussi jolie ville! Nous abondons dans votre sens, votre mairesse est tout simplement fornidable, et ce, dans tout le sens du terme, elle garde la tête froide et est en parfait contrôle de la situation malgré toute la peine et le désespoir qui doivent l'habiter minute après minute. Nous pensons très fort à vous tous.

Archael (2013-07-09 à 15:38)
Un petit message de soutien outre-atlantique, un message d'admiration pour la poésie teintée de dignité qui émane de vos lignes, un message de colère envers vos assassins pour lesquels le dollar prévaut sur la vie ... En bref, même s'il n'est rien que nous puissions faire de plus, de nombreux français pensent à vous.

annick roussey (2013-07-09 à 12:54)
je suis française mais beaucoup d'amis au québec...dont certains cherche un signe de vie de leurs proches .......

michel grimard de sherbrooke (2013-07-09 à 13:15)
bon courage tous ces gens de mégantic, je suis avec vous autres en pensées et en priere.


Louise St-Pierre (2013-07-09 à 23:06)
Quoi dire sinon bon courage à tous et que sans vous connaître nous pensons à vous. A chaque jour, je regarde le train passé en face mon bureau. J'ai toujours aimé, mais je ne le regarderai plus jamais de la même façon.

SIMONNE DIONNE (2013-07-09 à 13:53)
Cher monsieur Rémy, c'est avec beaucoup d'attention, mais surtout d'émotions que j'ai parcouru votre article des plus percutant, c'est le moins que je puisse dire. Félicitations pour vos écrits, professionnels, relatant les faits comme si on y était, ce n'est pas un enchantement, c'est certain ,mais vos propos sont si bien amenés que j'ai tenu jusqu'au bout. Merci de votre authenticité, de votre courage malgré le désarroi qui vous accable certes en ce moment. Je suis loin, enfin à quelques kilomètres de Mégantic, je suis et demeure compatissante avec tous les gens de votre municipalité et les environs touchés par cette tragédie. Le Québec, le Canada et probablement le monde entier est touché en ce moment, quand on sait à quelle vitesse l'information circule. Bref! Que dire d'autres que vous témoignez ma reconnaissance de trouver en vous un cœur rempli de désir de partager. Je vous lirai encore et suivrai encore même si l'âme meurtrie, car quoi de plus déchirant que la perte d'un être cher! Bien à vous! Courage pour la suite! De tout cœur, âme et esprit avec vous! ...

Lucie Trudel, native de ce beau coin de pays. (2013-07-09 à 22:36)
Bonsoir,
Je viens de terminer la lecture de votre article et je suis sans mots, tout est dit dans ce texte.
De plus je venais juste de visionner la vidéo du jeune homme qui a été témoin de cet horreur. C'est le cas de le dire Lac-Mégantic ne sera plu jamais le même...
Bon courage à vous tous.

Pierre-Jean Cano (2013-07-09 à 14:14)
Merci de votre article Monsieur Tremblay, courage aussi pour la suite.
L'Écho humain et virtuel ont survécu ouf, mais j'ai le motton dans le ventre depuis, je partage la colère des gens complètement.

Nancy de Armstrong , Qc (2013-07-09 à 14:36)
Quel beau texte !! Cette tragédie nous interpelle tous . À la maison , nous suivons les informations et espérons fortement que l'enquête pourra donner des explications très claires et que quelque chose soient fait pour qu'un événement de la sorte ne se reproduise plus . Toutes mes condoléances aux familles éprouvées . Nous vous souhaitons énormément de courage pour la suite .......

Nancy de Armstrong , Qc (2013-07-09 à 14:37)
Quel beau texte !! Cette tragédie nous interpelle tous . À la maison , nous suivons les informations et espérons fortement que l'enquête pourra donner des explications très claires et que quelque chose soient fait pour qu'un événement de la sorte ne se reproduise plus . Toutes mes condoléances aux familles éprouvées . Nous vous souhaitons énormément de courage pour la suite .......

Nancy de Armstrong , Qc (2013-07-09 à 14:44)
Quel beau texte !! Cette tragédie nous interpelle tous . À la maison , nous suivons les informations et espérons fortement que l'enquête pourra donner des explications très claires et que quelque chose soient fait pour qu'un événement de la sorte ne se reproduise plus . Toutes mes condoléances aux familles éprouvées . Nous vous souhaitons énormément de courage pour la suite .......

Lise Chabot (2013-07-09 à 14:49)
J'ai lu ce texte avec les yeux un peu plus humides que je ne l'aurais voulu. Ce que vous vivez est sans nom et, je ne trouve pas les mots pour vous dire combien je pense à vous tous. Merci pour le partage d'émotions. Lise Chabot

Ginette Guévin (2013-07-09 à 11:13)
Nous nous sommes installés récemment, mon conjoint et moi, dans un village environnant, nous faisons toutes nos courses à Mégantic, la relation avec les commerçants y est tellement chaleureuse , c'est un plaisir de faire affaires avec eux, et maintenant, cette tragédie inhumaine... L'immeuble de ma couturière Marcelle n'est plus là, ni la lingerie de Marie-France Boulet, et elles, sont-elles là? Une sœur de Marie-France, hier à la télé, disait que non. Et une aussi jolie ville! Nous abondons dans votre sens, votre mairesse est tout simplement fornidable, et ce, dans tout le sens du terme, elle garde la tête froide et est en parfait contrôle de la situation malgré toute la peine et le désespoir qui doivent l'habiter minute après minute. Nous pensons très fort à vous tous.

Mariette Giguère Corriveau (2013-07-10 à 12:06)
Mégantic, ville de mon enfance, ville où j'ai connu mes premiers pas, mes premières découvertes, mes premiers amis.Ville des aventures dans le bois derrière chez nous sur la rue Papineau que l'on appelait "Le bois des patentes" . Lac Mégantic où nous passsions nos belles journées d'été à l'O.T.J. Le lac où j'ai appris à nager. Lac Mégantic, ou Mégantic,... on s'en fout .Je pleure quand je vois les images à la télé et je sais que je pleurerai lorsque je reverrai le Parc des Vétérans là où il n'y aura plus de fanfare les beaux mardis de l'été.
Mariette Giguère Corriveau

Patrice Gaudreault (2013-07-10 à 00:56)
Remy Tremblay, vous êtes notre "Victor Hugo"...vous êtes sensible à la misère des gens...Merci d'avoir écrit cet article.

Sonia Tremblay (2013-07-10 à 23:15)
À vous tous,je n'ai pas d'autres mots à vous dire que courage! Toutes nos pensées vous sont destinées dans cette tragédie!

Sonia Tremblay (2013-07-10 à 23:15)
À vous tous,je n'ai pas d'autres mots à vous dire que courage! Toutes nos pensées vous sont destinées dans cette tragédie!

Claude Laforce (2013-07-10 à 21:20)
Nous avons des amis et Ronald Martel et Danielle Poulin et sa famille que nous connaissons depuis plusieurs années et que nous aimons .Nous sommes empressés de leur téléphoner pour avoir de leurs nouvelles de vive voix Merci M. Tremblay de votre témoignage

aline roy (2013-07-10 à 17:11)
quel beau texte émouvant, ça me change des reportages de la télé. Bon courage., c'est vrai que votre mairesse est formidable.

Huguette Caza, Piopolis (2013-07-10 à 12:04)
Merci Rémi pour ce texte émouvant et réaliste qui m'a beaucoup touché.
Tout comme toi, je pense que la mairesse madame Colette Roy-Laroche est très forte.

Ginette Villeneuve, Laval (2013-07-10 à 10:57)
Je devrais être sans mot devant un texte d'une telle réalité. Je me dois cependant d'y ajouter mes félicitations à l'auteur et des pensées de courage pour la population de Lac Mégantic.L'Echo de Frontenac porte bien son nom!

Loic Avat (2013-07-10 à 10:30)
Votre article est très émouvant car toutes les personnes que vous citez sont des personnes que vous connaissez et cela se sent dans la détresse de votre écriture. Nous ne pouvons que souligner votre courage et vous souhaitez de retrouver une certaine paix.

Renée Bilodeau (2013-07-10 à 04:55)
Sincérement .. j'avais hâte de lire votre article .. très bien monté .. bonne structure .. mais comme je n'y étais pas là .. je ne peux que lire les témoignages et regarder les vidéos .. et bien cette horreur .. je remercie le ciel de n'y avoir pas assisté .. mais je suis de tout coeur .. avec ceux qui sont ici grâce à Dieu .. je suis heureuse que chacun de vous soit encore vivant ..

Jocelyne (2013-07-10 à 09:29)
Merci pour ce beau texte qui nous fait vraiment prendre conscience de ce que la population méganticoise et toutes les personnes en vacances dans votre patelin ont pu vivre. Le bonheur, la joie de vivre qui soudainement se change en horreur

Cannelle ROBERT (2013-07-10 à 08:58)
Douloureux témoignage mais tellement vrai et sincère. L'argent fait le bonheur de ceux qui en ont parfois mais surtout il creuse le malheur de ceux qui en ont pas ou peu...
Je m'associe à la douleur de ceux qui pensent que l'humain est plus important que l'argent. CR

Nathalie (2013-07-10 à 08:22)
Magnifique texte écrit avec le CRI du coeur.

Katia Bordeaux France (2013-07-10 à 05:46)
Votre article m'a beaucoup ému car il est humain avant toute autre chose et que vous y transcrivez avec justesse la vie de ce joli pays avant et après ce drame terrible, du à l'incapacité de ces "gens des sphères multinationales " âpres au profit et le profit comme comme drapeau, sans conscience d'autre responsabilité.
Vous révélez ici, l'incapacité des médias internationaux, ou les vrais journalistes sont inexistants par leur rareté, à transcrire la vérité, la réalité de ce drame humain, (autrement que par du sensationnalisme aveugle et trop souvent "enthousiasmé"; leur incapacité à analyser le sujet et à nous éclairer également sur la responsabilité meurtrière de ce qui prévaut aujourd'hui dans le monde : le profit et l’intérêt de l'argent avant l'humain.

Je souhaite à votre petite ville de renaître de toutes ses forces vives et de prendre les dispositions pour que les responsables de cette catastrophe soient mis hors d'état de nuire . Courage!

yves leblanc (2013-07-10 à 05:22)
Un texte qui decris l'ampleur du drame de facon exceptionnelle, un texte d'une qualité remarquable, pas besoin d'images en loupe et de sensationalisme, bravo.
Un texte sur toute la merde politique évidente et l'hypocrisie (fédéral) qui transpire encore une fois serait tout aussi explosif que ce drame et apprécié, mais que j'aimerais que le peuple n'est pas besoin d'événements de ce genre pour se rendre compte et agir.

Jocelyne (2013-07-10 à 09:34)
Merci pour ce beau texte qui nous fait vraiment prendre conscience de ce que la population méganticoise et toutes les personnes en vacances dans votre patelin ont pu vivre. Le bonheur, la joie de vivre qui soudainement se change en horreur. Mon coeur saigne, mon coeur a mal quand il pense à ce que sera maintenant la vie de ces personnes ayant vécu un tel cauchemar. je suis vraiment de tout coeur avec vous tous. BON COURAGE.

Pierrette Boucher ( 10/07/2013 ) (2013-07-10 à 02:32)
Bonsoir.
Je prie Dieu pour tous ceux et celles qui ont perdu des êtres chers, lors de cette nuit d'horreur. Que Dieu leurs viennent en aide.
Il est facile d'imaginer la peine et la détresse que tous ces gens peuvent ressentir au plus profond de leurs cœurs et de leurs âmes.
Même si je n'ai perdu personne dans cet horrible accident, mon cœur me fait mal rien qu'à penser à la douleur de tous ces gens.
C'est une pluie de larmes qui est tombée sur cette ville.
En espérant que le gouvernement, après ce terrible drame, fera tout en son pouvoir afin que de tels horreurs ne se reproduisent plus.
Pourquoi toujours attendre que des drames similaires arrivent pour ouvrir les yeux et faire quelques chose.
Je suis avec vous tous par la pensée et mes prières.
Mes félicitations à M. Rémi Tremblay pour cet article si touchant et tellement véridique.


louise Allard (2013-07-10 à 17:45)
Scandaleux les crimes commis à Lac-Mégantic. Je connais quelqu'un qui transportait du lait, la cabine avait une parois double. On met une parois simple pour transporter des bombes en puissances.

Claude Sirois La Malbaie (2013-07-11 à 20:39)
Tres beau texte Remi.

Mme Josée Duchesne (2013-07-11 à 22:01)
Je souhait de tout coeur que les gens et leurs familles soit réconforté et qu"ils est de l"aident qu"ils ont besoin ,je connait des amis qu'ils ont beaucoups de familles la-bas j"espère pour toute eut que les jours qui vienne que leurs douleur sa pèse avec le temps ,mes sympaties avec toute les familles ....

Pierrette Boucher 11/07/2013 St Léonard (2013-07-11 à 22:40)
Lors du décès de mon fils, ma douleur était si intense que j'ai senti le besoin de lui écrire un poème. Et lorsque ma peine devenait insoutenable, je relisais mon poème et je voyais mon fils avec les anges et cela apaisait ma douleur.
Aujourd'hui, je veux partager ce poème avec vous, afin que vous ressentiez un peu de paix et de réconfort dans cette terrible épreuve.

Une Colombe s'est envolée.

Une colombe blanche s'est envolée,
À la saison où fleurissaient tous les pommiers,
Dans un bruissement d'ailes et rayonnante de pureté,
À tire-d'aile...si haut...elle s'est envolée.

Laissant derrière elle, dans nos cœurs, un silence éploré,
Un vide que laisse toujours une absence prolongée.
Elle s'est envolée...à tire -d'aile...si haut,
Qu'elle n'entendit pas nos cris de désespoir, reviens! non! ne t'envole pas si haut!

Une colombe blanche s'est envolée,
À tire-d'aile...si haut! chercher l'espoir, la paix et la sérénité,
Que ses ailes fragiles, hélas!...trop fatiguées,
N'ont pu...vers nous, la ramener.

Lorsque Dieu vit cette colombe blanche si épuisée,
Qui dans son espérance avait volé, blessée, à tire-d'aile, si haut entre les alizés,
Il l'enveloppa de lumière Céleste comme sa légion d'anges,
Pour chanter, au son du luth, à jamais ses louanges.

C'était ma petite colombe blanche,
Qui avait naguère égayé ma vie, mes biens mornes journées,
Qui laisse derrière elle des souvenirs altiers,
Ma petite colombe blanche, hélas!...sans dire adieu, dans l'espace sidéral, s'est envolée.

Dans un élan d'espoir, à la lueur pourpre vespérale,
Prit son essor vers le Jardin d'Eden, aux allées de santal.
Sans que je puisse lui dire une dernière fois: “ Je t'aime ”
Pourquoi pure colombe blanche t'es-tu enfuie au pays de l'Eden?

On ne peut revenir dedans le temps passé,
Effacer cette douleur indicible, irréversible, de l'absence, bien ancrée,
Mais dans mon cœur tu resteras toujours ma colombe bien-aimée
Dont les merveilleux souvenirs parfument mes pensées.

Nicole Carignan (2013-07-11 à 23:26)
Merci pour cet article si bien rédigé et qui nous transmet le vécu réel de cette horreur !

En total accord avec la mairesse, monsieur Lafontaine et tant d'autres, il faut que cela cesse. La cupidité avant les valeurs humaines !

Et mes plus grandes pensées de compassion pour toutes les familles touchées ! Paix, Amour, Harmonie !



Ginette Bergeron (2013-07-11 à 23:33)
À Vous Tous !

Moi non plus je n'oublierai " jamais ", même de " Mon-Réel " d'où je vis.

Je désire ici, transmettre " toutes " ( et au pluriel pendant longtemps...), mes respects, grands respects envers la population du Lac Mégantic cependant, du fond de mon téléviseur, accompagné de celle de " ma conscience affolée ", toujours " JE ME SOUVIENDRAI du discours, des paroles, des vérités, du CRI de réalités exprimé par Monsieur Raymond Lafontaine.

Quel homme ! Bravo Monsieur Lafontaine ! Rien d'une " langue de bois ", mais enfin et je " redondance " enfin un Être dont la conscience, l'expérience ainsi que la réflexion ( je retiens les grandes douleurs ), a su EXPRIMER avec force, métaphores et sonorités; la vérité, la sienne, mais aussi celle qu'il " fallait faire entendre " pour extirper la domination de CEUX qui prêchent en direction déraillée de ce " train d'enfer ".

Que mes pensées soient transmises à tout le respect et l'intelligence des réflexions de Monsieur Raymond Lafontaine. À toutes les fois ou presque où je l'ai écouté " parler en langue réelle, sans artifice pour plaire à quiconque ", je me suis dit, " Tiens le VOILÀ " le "Grand six pieds " que chantait le chansonnier Claude Gauthier. En " voilà Un Vrai " que le Québec avait " grand " besoin d'entendre dire ce qu'il pense !

Bravo Monsieur Raymond Lafontaine ! Mes respects, mes condoléances ! Ainsi qu'à vous tous qui vivez cet " irréel trop vrai dans vos veines "

Ginette Bergeron .

Martyne Savard (2013-07-11 à 23:56)
De loin le plus beau et le plus vibrant texte que j'ai pu lire depuis vos évènements tragique de vendredi le 8 juillet 2013. Un texte écrit avec cœur pour des gens de cœur. Nous y sentons votre douleur et nous n'avons qu'une envie... Aller vous rendre visite chez Mégantiquois... Courage, nous vous envoyons pleins d'ondes positives... Bravo... Bravo... et surtout merci de nous avoir partagé ce super témoignage... L'écriture d'un film pourrait être une merveilleuse idée pour vous, plus tard... Lorsque la poussière sera retombé et que la vie aura repris... Un tant sois peu !!! Merveilleuse plume !!!

Rose Dostie Legault (2013-07-11 à 19:41)
Bravo Rémi pour ton article. Je suis époustouflée. J'ai tenté de te joindre mais sans succès. Tu viens d'écrire un article très clair de cette tragédie qui aideront les gens à comprendre un peu plus ce qui est arrivé à notre belle petite ville de Lac-Mégantic. Encore merci

lucie deslauriers (2013-07-11 à 21:09)
je suis sans mots ses t' ellement horible tou ses vies perdu pour qui pour quoi, et maitenant que va t' il se passer avec tous ses chemins de fer tous croches, qui vont continuer a passer dans certain village, moi sa me fait peur car ils non jamais rien fait depuis 20 ans les clous qui sorte des rails c' etai deja pas normal et personnes portait attention tant qu' il y a pas de mort tout est beau, ses vraiment fustrant humain pour eux est ou, ses toujour l' argent qui emporte, bon courage et que dieu vous protege

Paul Chilliwack, Colombie-Britannique (2013-07-11 à 23:52)
Merci de cet article émouvant. Faut pas se leurrer : cet <>, c'est la faute des gens du Parti Conservateur qui luttent constamment contre des <> en affaires...qui se sont traduit dans ce cas en situation où une seule personne serait en charge de 73 wagons!! C'était ce gouvernement fédéral qui assume la blâme d'avoir accordé ce droit aux américains - ie. d'avoir si peu de supervision.

Pensez à cela la prochaine fois Christian Paradis demande ton vote. La compagnie a fait ce que les Conservateurs leur ont permis de faire et le Membre du Parlement va souffrir les conséquences d'être dans la poche des riches.

En C-B nous sommes, depuis trois ans, à débattre l'idée on non d'avoir des bateaux plein de pétrole sur notre beau côte Pacifique. Les leçons de Lac Mégantic nous instruisent bien clairement. Désole que le coût humain à été tellement féroce pour vous, nos confrères québécois. Aux urnes mes amis!! Aux urnes.



Céline Simard, Laval (2013-07-11 à 08:25)
Très beau texte. J'étais déjà très attristée par ce qui est arrivé aux gens de Lac-Mégantic, mais ce texte donne un visage, une vie aux personnes qui vivent à Lac-Mégantic et qui maintenant, pleurent des proches qui sont partis pour toujours! j pense à vous tous!

Yvon Desrochers, Saint-Georges (2013-07-11 à 16:18)
Je suis absolument bouleversé par votre article qui est écrit d'une main de grand écrivain. J'y ai reconnu des amis, j'ai eu l'impression de les suivre dans leur fuite devant le brasier qui voulait les anéantir...pas assez content d'avoir pris leurs maisons, il devait prendre 50 vies...et peut-être plus...
Quelle description...à vous lire, on n'a pas besoin d'images; des centaines se sont déroulées devant nos yeux...seulement par vos mots.
Bon courage gens de Lac-Mégantic. Il y a plusieurs années vous m'avez accueilli à bras ouverts et jamais je ne vous oublierai...les plus belles années de ma vie, je les ai passées parmi vous.

Mme Josée Duchesne (2013-07-11 à 22:04)
Je souhaite de tout coeur que les gens et leurs familles soient réconfortés et qu"ils aient de l"aide qu"ils ont besoin ,je connais des amis qu'ils ont beaucoup de famille la-bas j"espère pour eux que leurs douleur s’apaise avec le temps ,mes sympaties avec toute les familles ....

France Lafleur (2013-07-11 à 07:59)
Les frissons, l'incrédulité et surtout la peine sont palpables au travers de votre article. Merci de nous relater de l'intérieur cette très triste réalité pour nos compatriotes de Lac Mégantic. De tout coeur avec toutes les personnes touchées par cette tragédie. Mes pensées vous accompagnent.

Lilianne Dallaire (2013-07-11 à 08:50)
Merci Rémi pour cet article rempli d'émotions de toutes sortes. Je vous souhaite beaucoup de courage pour retrouver une partie de votre vie envolée en fumée. Bonne chance dans toutes vos démarches afin que rien de pareil ne se reproduise et toutes mes sympathies à tous ceux et celles qui ont perdu dans cette tragédie.

Hélène Goasdoué (2013-07-11 à 09:41)
Votre article m'a prise au coeur, coeur qui bat au rythme de Mégantic.

Marguerite-Rose McKale (2013-07-11 à 10:04)
Mes sympathies à tous les gens du Lac Mégantic.
Tout cela pour de l'huile provenant de l'ouest américain transitée par le Canada passant dans chacune de nos villes importantes même Montréal....pour retourner aux États-Unis est. Pas si bêtes les Américains...ils ont besoin de leur huile...on fait faire la salle job là où les lois de transport ne sont pas respectées. Des tonnes et des tonnes de marchandises se promènent sur des voies ferrées mal entretenues et on veut mettre la faute sur le travail des employés. Je regrette, les petits paient toujours pour la stupidité des gros. Il faut que çà cesse. En commençant par le gouvernement que chacun fasse sa job comme si ta fille en dépendait. Ne laissons pas notre pays, notre chez-nous se détruire par les mains de gens qui se tiennent loin et ferment les yeux. Ils instaurent des lois, ils poussent les employés à produire
plus en leur offrant toujours moins.........C'est désolant..Faire une nouvelle voie ferrée aujourd'hui c'est cher mais la machinerie est là. Regardez les millions qu'on déboursera pour toutes les pertes ! Si on avait investi avant, moins de monde pleurerait aujourd'hui. Je suis la mère d'un fils qui travaille pour une compagnie de chemin de fer. J'ai un bon garçon qui respecte les lois, qui est consciencieux et respectueux. On lui a fait étudier toutes les lois de sécurité ferroviaires, de matières dangereuses ect Mais la même compagnie ne fournit pas à ses employés la matière pour appliquer toutes ses lois...Vieilles engins pas entretenues, voies en mauvaises états ne permettant pas de circuler à une vitesse normale. Là où il faudrait deux hommes, on en met un. Là où il en faut un, on en met plus.
Quand des tragédies, comme celle du Lac Mégantic, arrivent on est juste heureuse que notre fils n'était pas sur ce train-là et on sympathise avec le chauffeur de ce train fou et tous les parents, amis des personnes trop vite parties. Les maisons se rebâtissent mais nos êtres chers sont partis pour toujours. La vie humaine est précieuse, donnons lui une chance de s'épanouir partout, en tout lieu. Bon courage à chacune des personnes éprouvées.

Luc Brouillette, St-Basile-le-Grand (2013-07-11 à 13:13)
Votre article est très émouvant, et très profond.
J'ai visité votre belle région à plusieurs reprises au cours des dernières années et je m'y suis attaché. Les gens sont sympathiques et chaleureux, et les paysages à couper le souffle. Quelle tristesse de voir un tel drame. Je ne peux imaginer toute la peine et le désarroi qui vous frappent.
Soyez assurés que mes pensées et mes prières sont avec vous. Et sans nul doute, je reviendrai vous visiter lorsque la poussière retombera. Bon courage!

Diane Larocque (2013-07-11 à 13:56)
Bravo pour cet article écrit par M. Tremblay, journaliste au Lac Mégantic! On y retrouve à la fois la compétence narratrice du journaliste et son sens de l'observation, de même que les émotions de l'homme et du citoyen. Cette dramatique histoire ne pourrait pas être mieux racontée que par une personne qui l'a vécue.

Toutes mes sympathies à tous ceux et celles qui ont perdu un être cher, un ami, un voisin.

marie morin (2013-07-11 à 14:17)
magnifique texte jsuis très émue

Noémie Gobeil - Charlevoix (2013-07-11 à 15:06)
De Charlevoix jusqu'à vous, en pensée et avec amour. Courage. xxx

Marcelle (2013-07-12 à 07:14)
Sur la cigarette : Ce n'est pas la cigarette qui a sauvé, c'est la volonté de communiquer avec quelqu'un et de vouloir mieux respirer en dehors. C'est à réfléchir...

isabelle couture (2013-07-12 à 07:27)
Salut Remi, je suis assomee de cette erreur humaine...Mechante gaffe, il faut regarder en avant. C est un choc pour tout le monde qui regarde..Merci de nous partager comment tu te sens. Triste , triste...Gardez le courage dans la tempete!

Isabelle Couture
P.S J habite en Europe (Allemagne) et les gens ici m en parlent.

France et Gaston Tremblay (2013-07-12 à 14:59)
Un texte narratif à couper le souffle qui nous fait réaliser la catastrophe et ses effets directs sur les gens de Lac Mégantic.Bon courage. La Malbaie, 2013 07 12

Marthe Dumas (2013-07-12 à 16:14)
Je ne peux dire que merci pour votre texte. Vous avez réussi à résumer en si peu de mots ce que tous nous sentons et vivons. Notre peine, notre tristesse, notre indignation, mais aussi notre fierté d'être méganticois.

Recontruire sera un projet colossal, mais nous sommes des durs et il ne faut surtout pas que toute cette tragédie gagne sur nous. Nous sommes plus grand que ça, nous somme méganticois.

Gilles Dallaire (2013-07-12 à 02:07)
Absolument génial comme texte. Journaliste de métier maintenant retraité, je n'aurais jamais pas pu faire autant malgré mon talent qui était pourtant reconnu à la ronde. Dans ce désastre prévisible, j'ai perdu plusieurs amis très chers comme l'épouse du regretté Bertrand Boulanger et l'épouse d'un autre ami regretté Eugène Picard , la mère du psychologue Pierre Picard. Quand je regarde les scènes croquées par les caméras des stations de télévision du monde entier dans le secret de mon appartement de Magog où le train de la mort passe tous les jours je n'en finis pas de pleurer: ce sont non seulement les amis perdus mais aussi tous les souvenirs accumulés au cours des 28 années heureuses que j'ai passées à Lac-Mégantic qui se sont envolés à tout jamais en fumée. Tu mérites Rémi un prix mondial d'excellence journalistique.

Gilles Dallaire


Diane Cormier de Lasalle (2013-07-13 à 05:40)
Merci pour cet article, je viens de te lire ce matin sur Facebook.

Moi j'en revenais pas quand le lendemain matin de la tragédie mon conjoint Claude, qui était en train de regarder les nouvelles à la matin, me dit Diane vite viens ici c'est très important. Je cours et je vois ce drame, qu'elle horreur je me suis misé à crier, mais non, mais non cela ne se peut pas. À mesure que les images défilais j'étais enragée et triste, c'est sûr qu'il y a plusieurs morts.
Il avait de plus pris le temps de mettre à l'écran les rues du centre-ville de Mégantic, je vois le nom de la rue où ma cousine demeure eh oui il s'agit bien de Gervaise et Rémi(ce merveilleux journaliste). Mais il y a aussi son fils Pierre et sa famille ainsi que son fille Anne-Marie et sa famille. Que leur est-il arrivé? J'essaie, toute énervée d'appeler Réjean (frère de Gervaise à Montréal), sans succès. J'essaie d'appeler Juliette (sœur de Gervaise de Clermont Charlevoix), c'est toujours occupé. Pas de nouvelle.
Ce n'est que le lendemain matin que j'ai réussi à parler à Réjean à Clermont. Quand il m'annonça que tout le monde allait bien, non sans peine, j'étais soulagée. Mais ce n'est pas toutes le familles qui ont cette chance. Je trouvais cela horrible à la télé, imagine sur les lieux mêmes!

Bon courage à tous, nous sommes avec vous!!!!

Suzanne Lemire (2013-07-14 à 00:10)
Impressionnant. Avoir réussi à publier et à écrire cet article qui décrit si bien. Courage.

R GAGNON (2013-07-14 à 21:12)
Bravo pour ce récit, qui résume l'inexplicable.

R GAGNON (2013-07-14 à 21:12)
Bravo pour ce récit, qui résume l'inexplicable.

Hélène Tardif (2013-07-14 à 14:17)
je ne trouve pas les bons mots pour commenter votre texte. magnifique!

Monique Bouchard Iles de la Madeleine (2013-07-14 à 14:38)
Quel don de l 'écriture vous avez M.Rémi Tremblay. Je ne sais pas si vous êtes journaliste comme Claudia Collard que je connais mais tout ce que je peux vous dire c'est que vos écrits sont très intéressants à lire. Un article qui nous résume très bien ce que tous un chacun doivent vivre en ces moments pénibles. Je suis triste très triste pour vous tous et je ne trouves pas de mots pour exprimer la rage que j'ai envers cette compagnie de broche à foin comme vous dites. Ces Cies qui pour ménager leur $$$ ne s'inquiètent aucunement de l'humain et de l'environnement. J'ai visité votre ville il y a 2 ou 3 ans et je l'ai trouvé magnifique. Jje vous souhaite tout le courage nécessaire pour traverser ce" tsunami" comme vous dites si bien et je pense à vous tous Méganticois. Mon coeur et mes pensées sont pour vous tous ces temps-ci.

Monique Bouchard (2013-07-14 à 14:43)
Une belle chanson qui me fait penser à vous tous. http://www.youtube.com/watch?v=FgoTPYoyYj4


Ginette G. (2013-07-15 à 09:21)
Si vous n'avez pas encore lu ce billet de ce Rémi Tremblay, celui qui fait l'objet d'un article du Soleil de ce matin 'le syndrome de l'imposteur de celui qui a tout vu' qui résume tellement bien le drame qui a fait basculer leur vie par un beau soir de juillet...merveilleusement bien écrit, très touchant... prenez le temps de lire s.v.p. ça vaut la peine... Du grand journalisme...malgré l'horreur et la tristesse du sujet. Chapeau Rémi Tremblay! De tout cœur avec vous tous! :)

Pierre Connolly (2013-07-15 à 09:57)
Il existe une chose qui se nomme "journalisme humain".
En voici un bel exemple.
Merci M. Tremblay.

Pat St-Arnaud (2013-07-15 à 10:10)
En écrivant ceci, j'entend le train qui croise St-Henri et le Sud-Ouest de Montréal, métal sur métal, grondement. Je termine mes boites, je déménage demain. Bon débarras.

Lac Mégantic n'est pas ma destination, mais l'aurais facilement été; mon déménagement aurait eu lieu alors le 1er Juillet. Ça porte à réflexion. Ça force une certaine empathie, au delà de celle qui vient naturellement face à une telle catastrophe. Ça fait brailler un gros biker chauve cinquantenaire, aussi.

Ce désastre sera un de ceux que je n'aurai pas vécu; je n'ai pas de mots de réconfort pour les résidents, pas de cliché mielleux qui me donneraient bonne conscience. Juste un grand vide, un grand silence. Je ne sais pas ce que vous vivez, bien que je connaisse toute son horreur, toute sa douleur. Vous avez tout mon amour, mais ça ne réparera pas ce qui est brisé.

Seulement ceci, qui peut sembler tordu: On n'oublie pas, mais on finit par s'habituer. Pour le meilleur ou pour le pire, on est là, même si on aurait préféré partir à la place de ceux qu'on aime. Nous avons tous une force intérieure plus puissante qu'on pourrait le croire.

Cette dernière, certains l'on déjà vécu, faisant face à l'impensable, à l'innommable. Mais c'est ensemble que vous, nous, et tous ceux qui partagent votre peine, passeront au travers de ces moments qui nous brisent le coeur. C'est simpliste, mais soyez en bien certains: Vous n'êtres pas seuls.

Christine Boulanger (2013-07-16 à 11:00)
Bravo M. Tremblay pour cet excellent article. Vous avez trouvé les mots justes pour raconter ce cauchemar que vous vivez...tenez bon !

Myriam Réty (2013-07-16 à 11:53)
Très bien écrit. Poignant.

Pierre Biron (2013-07-16 à 09:35)
Je suis frappé par la qualité du français parlé et écrit des porte-parole de Lac Mégantic qu'on entend et qu'on lit. Qualité supérieure à celle du montréalais francophone moyen. J'imagine que si on est fier de soi, de sa ville, de sa région, on l'est aussi de sa langue et on la respecte.
Pierre Biron (Montréal)

jean-paul langlois (2013-07-17 à 19:43)
je suis comme tout le monde,je trouve cela épouvantable.tout cela arrive part la
faute d:une compangnie de broche a foin,qui se fou des gens et des travailleurs
qui pense juste a faire de l:argents.je sympathise avec tout ces pauvres gents.

Martin Cloutier (2013-07-17 à 15:44)
Attention : monsieur Rémi Tremblay
Monsieur,
Bien qu'il raconte l'horrible cauchemar que vous et vos concitoyens avez vécu au cours de la nuit du 6 juillet et depuis, votre texte "la ville des âmes en peine" est l'un des plus touchants et des plus beaux que j'aie lus concernant le drame vécu à Lac Mégantic.
De toute évidence, la vivante description que vous faite contredit sans équivoque le dicton qui veut qu'une image vaille mille mots.
Merci beaucoup.
Vous avez une "plume" vraiment exceptionnelle et une "langue" qui sait justement dire.
Votre "décrisse" était-il vraiment nécessaire ? Il a failli me déconcentrer et me faire passer outre. Je regretterais l'avoir fait.
Bonne chance à vous et à tous vos concitoyens. Je compatis de tout coeur à votre tristesse et à votre douleur.



manon meunier (2013-07-22 à 18:54)
On pourrait y croire et lire un scénario de film de catastrophe. Avec tristesse ont constate vite que le drame est réel,palpable. Le souffle couper j'ai lu jusqu'à la fin me demandant comment j'aurais trouver le courage d'avoir celui de ces gens, tous toucher de près et de loin par la tragédie. Des gens que j,apprécie vivent là-bas. La vie sauve, mais je sais qu,ils ont le cœur chavirer par toutes ces pertes. Le mot courage prend tout son sens, désolation et tristesse n'ont jamais été si côte à côte. Tout le courage du monde pour vous cher habitant de ce petit coin de pays que j'ai eu la chance de visiter à plusieurs reprise. Que la vie soit bonne pour vous...et ce ..malgré tout.

Lise Fouquet (2013-07-23 à 19:38)
Monsieur Remi,
C'est par l'entremise de Pierre Foglia que je prends connaissance de votre article aujourd'hui. Meme apres 2 semaines et quelque, il bouleverse toujours autant. La justesse avec laquelle vous decrivez la scene d'horreur est remarquable, tellement que j'en ai eu la chaire de poule. Comme beaucoup d'autres j'ai vu des images, toujours les memes images a la tele. Mais point besoin d'images pour accompagner votre recit, les mots sont assez forts pour porter ce que l'on ne voudrait etre que l'imaginaire d'un grand ecrivain, mais qui est plutot le drame d'un Meganticois qui se trouve aussi etre journaliste. Depuis la nuit noire, je me suis souvent demande ce que je pourrais faire pour "aider", outre les petits gestes de dons deci-dela que j'ai pu faire, car "l'aide" elle sera necessaire longtemps, tres longtemps. La reponse ne m'est pas encore venue, mais qui sait a quel detour de vie je serai amenee. Et ce jour la je me souviendrai de cette belle ville de Megantic et des belles heures que j'y ai jadis passees et de la douleur de toutes ces familles eprouvees. Courage a vous tous Meganticois !

Michelyne (2013-07-24 à 14:54)
Voici le texte que m'a inspiré ce drame :
À toi... le magnat de MMA
Parce que ta priorité c'est l'argent...
T'es venu voler nos parents et enfants
Question d'économie, t'as pas entretenu tes tracks
Et t'as fait sauté ma rue Frontenac
Un vendredi à Mégantic
On fêtait sur des airs de musique
Au Musi-Café on s'était donné rendez-vous
Ensemble, on chillait, comme on dit chez-nous
On avait juste envie de s'amuser
Pis ton train fou est arrivé...
Pas l'temps de prié Dieu
Ni même de faire nos adieux
Le centre-ville a sauté
Et la vie s'est arrêtée
On va trouver la force de s'en sortir...
Peut-être même arriver à sourire
Un jour, ma ville renaîtra
Mais PLUS JAMAIS ton train n'y passera!
Michelyne


Hélène Charron (2013-07-29 à 09:35)
tu termines ton magnifique texte par la colère! voici ce que j'ai écris sur la mienne hier soir!

Colère?
28 juillet 2013, 22:10
Je suis remplie de colère...je crois... mais est-ce de la colère, de la haine, de la hargne, une envie de vengeance?

Je ne sais pas de quoi je suis remplie et au fond, je n'en suis pas remplie puisque j'ai encore plein d'amour, plein de compassion, plein de lumière à donner et à partager avec les gens qui m'entoure...

Mais alors pourquoi est-ce que je suis remplie de cette boule dans l'estomac, dans la gorge et le cœur?...

Et pour quelle raison suis-je aussi remplie de peine, de peur, de terreur?...

Moi qui est une amoureuse des éléments, moi qui est une amante du vent, qui le laisse me caresser, se saisir de mes tracas et repartir avec eux en me laissant sa douceur sur la joue, me laissant calme et apaisée... pourquoi maintenant suis-je si nerveuse quand je le sent se lever? Simplement parce que j'ai eu peur, peur qu'il se lève très fort, de toute sa force, de toute sa puissance et qu'il transporte lel feu jusqu'à ma maison?, qu'il parte avec les récents souvenir que nous créons avec notre nouvelle famille... simplement?... non pas simplement parce qu'il n'y a absolument rien de simple dans les émotions que nous vivons tous, à Lac-Mégantic, à Stornoway, à Nantes, à Frontenac, à Marston, en Suisse et partout autour de notre belle ville, si chère à notre coeur! Rien de simple dans les cauchemars qui bercent, bouleversent, tourbillonnent les nuits de beaucoup d'entre nous, qui avons vécu l'horreur, de près ou de loin le 6 juillet 2013.

J'ai vécu le déni! depuis le début, je me dis que ce n'est pas possible, c'est trop gros, trop atroce, trop macabre, trop injuste... mais là, je suis dans l'étape de la colère. Colère que des gens que j'aime ne sachent plus de quoi leur avenir sera fait, colère de voir la fille d'une amie en maudit parce que les gens lui offrent leurs condoléances... elle n'en veut plus de notre sympathie... elle veut sa mère!...que sa mère lui soit rendue!

Colère que les gens de ma ville se demande ce qu'il va arriver à leur ville, à leur centre-ville, à Fatima qui sent le centre s'éloigner, aux marchands qui ne savent pas dans combien de temps et si ils vont simplement pouvoir retourner travailler dans leurs boutiques, magasins qu'ils ont mis, pour plusieurs, des années à bâtir...

Colère que des enfants n'arrivent plus à fermer les yeux parce que tout ce qu'ils voient derrière leurs paupières closent, ce sont des boules de feu qui ont failli faucher leurs vies!

Colère qu'une personne que j'aime de tout mon cœur refuse notre compassion parce qu'elle vit encore beaucoup trop avec l'adrénaline pour voir qu'elle ne va pas bien, que son cœur souffre et lui demande de l'aide parce que cette personne se demande ce qu'il en sera de l'avenir de notre ville, sa ville!...

Colère qu'on ne puisse forcer le propriétaire de MMA à faire les recherches pour retrouver les 5 personnes qui manquent encore à l'appel, qu'on ne puisse le forcer à se mettre à genoux avec un pinceau qu'on utilise pour retrouver des dents, des bouts de doigts, n'importe quoi qui aiderait à apaiser les familles qui espèrent retrouver quelque chose à enterrer...

Ce sera quoi après la colère?... Je ne sais pas, je n'ai jamais vécu de situation aussi atroce... mais en attendant, je suis en colère d'entre des cris dans ma tête lorsque je passe tout près de mon centre-ville, assez d'entendre le bruit du train dans ma tête, assez de faire des cauchemars toutes les nuits et de voir ma maison disparaître en fumée... et en colère de me permettre de vous parler de ces émotions, moi qui n'ai pas perdu ma mère, ni mon père, ni une de mes sœurs ou mon frère, pas perdu d'enfants ou d'amoureux, moi qui ai encore tous ces gens que j'aime, je me permet de vous en parler alors que plusieurs vivent un calvaire parce qu'eux ont tellement perdu!

Marie-Pier Fortier (2013-11-26 à 23:21)
Je viens tout juste de le lire, cet éditorial. Je lui donnerai ce nom, mais c'est bien plus que ça. Je te félicite, Rémi, pour le prix que tu as reçu au cours des derniers jours. C'est pleinement mérité. En plein coeur des événements, tu as su trouver la force d'exprimer l'inexprimable, et seul un grand journaliste pouvait y arriver. Votre équipe a su se relever de cette épreuve rapidement, et les Méganticois ne peuvent que vous en être redevables.

Pour le reste, parents et amis, sachez que je suis de tout coeur avec vous. De toute mon âme aussi. Je suis vous, vous êtes moi. Ça ne s'explique pas. Mais vous savez. Oui, vous savez. Pardonnez mes rares présences, j'y arrive difficilement encore. Vous êtes si forts!



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage