Guignolée
L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Non-assistance à personne en danger?
23/11/2017
0 commentaire (s)

Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)

Et pourquoi pas une longue plage?
7/11/2017
1 commentaire (s)

Recherche de transparence, d'abord les faits!
3/11/2017
0 commentaire (s)


Archives      


À la recherche d’un directeur des élections dans Mégantic pour remplacer Robert Dallaire, dans un poste qu’il occupe depuis 1989.
Poste de directeur de scrutin à combler
Rémi Tremblay  ( 23/3/2017 )

Le Directeur général des élections du Québec a lancé lundi un concours de recrutement visant à pourvoir le poste de directrice ou directeur du scrutin dans la circonscription de Mégantic. Le mandat du titulaire de l’emploi, «dont le rôle est essentiel au processus électoral» insiste-t-il, consiste à organiser et à tenir, dans sa circonscription, des élections générales ou partielles au palier provincial. Les candidats ont jusqu’au 24 mars, à 16h30, pour postuler.

Appelé à prendre le flambeau des mains de Robert Dallaire, en poste depuis 1989 et qui tient encore le fort en attendant son remplaçant, le prochain directeur sera choisi au terme d’un processus de sélection rigoureux et sera nommé pour un mandat de 10 ans.

Au dernier concours, lancé en 2015, aucun candidat ne s’était présenté. Le DGEQ avait alors obtenu de Robert Dallaire qu’il demeure à son poste.

Nul besoin de diplôme! «Cela demande un bon sens de l’organisation et une capacité à se tourner de bord rapidement», confie Robert Dallaire. Un travail intense pendant environ deux mois au moment de la tenue d’une élection. Le jour même du scrutin, le directeur des élections supervise une équipe de 450 à 500 personnes. «Oui, c’est un travail assez difficile. La clé, c’est de savoir s’entourer d’un personnel en qui tu as pleine confiance et donc de choisir les bonnes personnes dans les quelque 130 bureaux de votation.»

Un travail qui requiert du leadership, convient le directeur général des élections, Pierre Reid. «La personne qui occupe cette fonction doit mettre en œuvre un chantier électoral qui présente de nombreux défis : elle doit planifier, organiser, réaliser et contrôler les activités qui assureront l’exercice du droit de vote des électrices et des électeurs et qui favoriseront ainsi leur participation, dans le respect des dispositions de la Loi électorale et des directives de l’institution.»

Le fait d’occuper déjà un emploi n’empêche pas de poser sa candidature pour le poste «puisque la Loi électorale prévoit que son employeur doit lui accorder un congé sans solde pour exercer ces fonctions», insiste le DGEQ.

Le poste offre une rémunération minimale de 20 000$ pour une élection.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage