Guignolée
L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Non-assistance à personne en danger?
23/11/2017
0 commentaire (s)

Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)

Et pourquoi pas une longue plage?
7/11/2017
1 commentaire (s)

Recherche de transparence, d'abord les faits!
3/11/2017
0 commentaire (s)


Archives      


Le directeur de l’Observatoire du Mont-Mégantic, René Doyon, la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, la préfet de la MRC du Granit, Marielle Fecteau, et le préfet de la MRC du Haut-Saint-François, Robert Roy.
L'avenir de l'Obervatoire du Mont-Mégantic assuré pour deux années
Rémi Tremblay  ( 24/3/2017 )

À la veille de célébrer son 40e anniversaire, en 2018, l’Observatoire du Mont-Mégantic pourra poursuivre ses travaux l’esprit en paix pour les deux prochaines années. Par la voix de la ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau, le gouvernement fédéral a annoncé, jeudi dernier, une aide financière à hauteur de 1 million de dollars à l’Université de Montréal.
«Ce qu’on annonce aujourd’hui est le renouvellement d’un financement qu’on peut qualifier de temporaire. Ce qui est encourageant, c’est que de nouveaux partenaires sont en train de se greffer à cette discussion, avec beaucoup d’espoir de trouver de nouveaux mécanismes de financement pour assurer la pérennité de l’Observatoire. C’est encore trop tôt pour en parler!»

À quelques jours de la fin de l’exercice budgétaire, le 31 mars, la ministre Bibeau avait hâte de livrer la bonne nouvelle à la base de la montagne aux dirigeants de l’Observatoire mais également aux deux MRC, celle du Haut-Saint-François et celle du Granit, dont des représentants siègent sur le comité de survie de l’Observatoire. «Ces gens-là, qui travaillent encore à une solution à long terme, respirent mieux. C’est unanime l’importance de l’Observatoire pour la région!»

L’aide d’Ottawa, sous forme de contribution non remboursable accordée par le ministère de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, permettra entre autres à l’équipe de scientifiques de poursuivre ses activités d’innovation de pointe en optique-photonique et contribuera à maintenir l’attrait touristique du parc national du Mont-Mégantic.

Le directeur de l’OMM et professeur à l’Université de Montréal, René Doyon, est le premier à s’en réjouir. «Cette subvention permet de maintenir toutes nos opérations. Le message que ça envoie, c’est qu’on tient à nous, qu’on reconnaît l’importance de l’Observatoire à tous les niveaux, régional, provincial, national et même international.»

En plus des activités d’observation et de formation universitaire, son équipe développe des instruments de pointe pour d’autres grands télescopes à travers le monde. «Ce sont des projets à long terme qui se développent sur cinq, six et sept ans. Et le centre nerveux de ça, au Canada, c’est l’Observatoire du Mont-Mégantic. De là, on travaille en collaboration avec d’autres partenaires en France, en Suisse et aux États-Unis, entre autres avec la NASA.»

Sur les 40 ans d’histoire de l’Observatoire, la vocation du site a surtout été centrée sur l’international, dans les 20 dernières années, avec le développement d’un laboratoire de physique expérimental de renommée internationale. René Doyon dirige l’équipe canadienne qui travaille à concevoir l’un des instruments du futur télescope spatial James-Webb qui doit être lancé en octobre 2018. Une machine des plus complexes.
L’Observatoire semble être désormais sorti du nuage noir qui flottait son destin sous l’ère Harper. «Le contexte est complètement différent. Il y a deux ans, on interpelait le gouvernement et, malheureusement, la réponse était tiède. Cette fois-ci, c’est le contraire; on veut travailler avec nous et on reconnaît la qualité du travail qu’on fait.»

Parmi tous les gens heureux présents dans l’auditorium de l’ASTROLab, ce jour-là, la préfet du Granit, Marielle Fecteau: «Cette annonce nous permet de voir l’avenir encore plus loin. Mais si on avait (un financement) sur quatre années consécutives, là on pourrait se permettre de faire des projets!» Un premier pas tout de même encourageant!



   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage