L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)

Et pourquoi pas une longue plage?
7/11/2017
1 commentaire (s)

Recherche de transparence, d'abord les faits!
3/11/2017
0 commentaire (s)

Parce que les Méganticois méritent plus...
3/11/2017
1 commentaire (s)


Archives      


En congé pascal, Jean-Philippe Labbé a livré une présentation à des étudiants du Centre d’études collégiales de Lac-Mégantic.
Des maths au menu
Rémi Tremblay  ( 27/4/2017 )

Jean-Philippe Labbé a quitté le Centre d’études collégiales de Lac-Mégantic, il y a de cela douze ans, à la conquête du Québec et du monde. De retour à son alma mater pour le congé pascal, l’encore jeune mathématicien qui enseigne à l’Université libre de Berlin avait quelques problèmes simples à proposer au groupe d’étudiants de la classe de Joanie Simard, au milieu d’un cours en calcul intégral.

Étrange comme l’heure a passé vite! Sous ses airs d’étudiant capable de se fondre à la jungle des cégépiens, Jean-Philippe cache une feuille de route impressionnante aux études et au travail. Pour l’instant, il dégage l’attitude d’un maître devant un groupe d’étudiants de première année en train de se familiariser avec le calcul intégral. Un peu moins à l’aise avec un tableau blanc interactif qu’avec un tableau noir à craie qu’il utilise généralement dans ses exposés, mais bon!

Ce fils de Jean, le garagiste, devait se présenter en classe en compagnie de son frère Sébastien, un callé comme lui en maths, mais Sébastien était retenu avec un groupe de visiteurs Français au parc du Mont-Mégantic, aux derniers soubresauts de l’hiver.

Jean-Philippe a eu l’occasion de prononcer des conférences au Japon, en Corée, aux États-Unis et plus récemment en Colombie, et de participer à des séminaires en France, en Espagne, en Allemagne et en Belgique. En vacances au Québec, il revoit le chemin parcouru depuis sa rencontre avec ce prof «super motivé», Mario Doyon, qui a changé sa vie et celle de son frère.

Après le Cégep, il a complété un baccalauréat en mathématiques à l’Université Laval, durant lequel il a passé deux sessions à l’étranger, l’une à Budapest et l’autre à Moscou. Son frère, lui, avait plutôt choisi l’Université de Sherbrooke, ponctué d’une session d’études à Moscou et suivi d’un stage de coopération internationale au Mali.

«Tu dois parler au moins quatre langues», suggère le journaliste. Plutôt cinq, répond-il ajoutant le russe au français, à l’anglais, à l’allemand et à l’espagnol. Et il se débrouille aussi plutôt bien en hébreu, paraît-il. Les mathématiques sont en elles-mêmes une langue universelle mais ça ne compte pas pour un polyglotte dans un cv. «Les frontières n’existent pas en mathématiques. Nous pouvons travailler avec des gens de partout !» La preuve, sa participation dans un groupe de 250 mathématiciens pour le développement de sagemath.org, un logiciel libre de mathématiques offrant une heureuse alternative à Magma, Maple, Mathematica et Matlab. Un logiciel capable de faire des mathématiques générales et avancées, pures et appliquées.

Devant le groupe d’une quinzaine d’étudiants de première année, Jean-Philippe avouera que, bien que son métier d’enseignant universitaire soit un peu instable, à la merci des contrats, l’univers des maths l’amène à rencontrer plein de monde intéressant, avec des contacts sur presque tous les continents. «J’ai eu un job à Jérusalem pendant deux ans et à la fin, mon ancien patron à Berlin m’a offert un contrat de quatre ans!»
Passionnant, vraiment, les maths? «On aime ça se casser la tête», blague leur prof et mentor Mario Doyon, rejoint mardi à Saint-Georges. Mario enseigne depuis vingt-quatre ans, dont 10 ans au CECLM à Lac-Mégantic où il a eu l’occasion d’éveiller les frères Labbé à un monde où tous les grands problèmes n’ont pas encore été résolus. Oui, les élèves ont dépassé le maître, veut-il bien reconnaître. «Sébastien voulait s’en aller ingénieur mécanicien. Il s’est mis à faire des maths et il a aimé ça. Son frère a suivi ses traces avec la même passion.»

Mais, prof, qu’est-ce qui est si attirant dans les chiffres? «On est toujours en quête de résolution de problème. La satisfaction d’en avoir résolu un est indescriptible.» Mario Doyon prédit un brillant avenir à ses anciens étudiants. «Je les vois enseigner à des niveaux avancés, mais dans quel pays?» Une question pour l’instant sans réponse.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage