L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)

Et pourquoi pas une longue plage?
7/11/2017
1 commentaire (s)

Recherche de transparence, d'abord les faits!
3/11/2017
0 commentaire (s)

Parce que les Méganticois méritent plus...
3/11/2017
1 commentaire (s)


Archives      


De passage à Lac-Mégantic, Vincent Bussières a pris une pause dans le parc des Vétérans avant de se remettre en marche, direction la Beauce.
La marche de Vincent pour Leucan
Rémi Tremblay  ( 7/6/2017 )

Les paris sont ouverts: une cote de 1 contre 10 que Vincent Bussières pourra boucler son parcours de 5 000 kilomètres à travers le Québec avec la même paire de bottes de marche qu’il s’est achetée quelques jours avant son départ de Montréal, le 19 mai! Une simple anecdote par rapport au vrai sens de sa quête: savoir dépasser ses limites et recueillir 25 000$ pour Leucan avant l’arrivée à Rouyn-Noranda, aux environs du 13 octobre… Une date jetée sur papier!

À 26 ans, le gars de Jonquière s’offre un été hors de l’ordinaire, avec pour seul compagnon de voyage, son sac à dos et son téléphone intelligent! Le trajet de Montréal à Lac-Mégantic lui a pris à peine une dizaine de jours! Les côtes se montent mieux qu’elles se descendent, dit-il par expérience. Après une pause chez Marilaine et une visite à l’Écho, il mettait le cap sur Québec lundi après-midi en passant par Lac-Drolet puis la Beauce. Tout le nécessaire du jeune homme autonome tient dans son sac. Pour le reste, il compte sur les gens qui croisent son chemin.

«J’ai fait plusieurs voyages en Asie, la Chine, l’Inde… J’ai réalisé que je ne connaissais pas beaucoup le Québec.» Une vieille idée qu’il a déjà eue, traverser un jour le Canada d’est en ouest, ce qui lui aurait donné pas mal ça, un 5 000 kilomètres. En vélo, par contre! La même longue distance en marchant, c’est une toute autre perspective! Un autre genre de connexion avec son environnement!

Pourquoi avoir épousé la cause de Leucan ? «J’ai une cousine qui est décédée d’un cancer, mais mon défi fait écho à la cause. Marcher, c’est très simple comme geste, comme faire face à la maladie au quotidien ; les difficultés viennent dans la durée que ça prend pour la traverser!»

Il s’est fixé un rythme de 40 km par jour. Avec une ou deux journées de congé par semaine, selon les rencontres et les invitations qu’on pourrait lui faire en cours de route. Son itinéraire le mènera dans toutes les régions du Québec sauf une… le Nord du Québec ! Kuujjuaq, trop loin pour espérer l’entrer dans son itinéraire. Ce sera pour une autre fois!

On peut le suivre sur sa page Facebook «Vincent marche pour Leucan» et faire un don sur la plateforme en ligne gérée par Leucan. «Je fais les cinq mois à mes frais», insiste-t-il. Même pas de commandites pour ses bottes Zamberland!

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage