L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)

Et pourquoi pas une longue plage?
7/11/2017
1 commentaire (s)

Recherche de transparence, d'abord les faits!
3/11/2017
0 commentaire (s)

Parce que les Méganticois méritent plus...
3/11/2017
1 commentaire (s)


Archives      


Robert Bellefleur profite de toutes les tribunes pour exiger une meilleure sécurité ferroviaire à Lac-Mégantic.
La Coalition devant la Commission d'examen sur la sécurité ferroviaire
Rémi Tremblay  ( 27/9/2017 )

Le porte-parole de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, Robert Bellefleur, confesse avoir fait «dresser les sourcils» des représentants des grandes compagnies de chemin de fer, lundi, à Montréal, lors de la présentation de son mémoire à la Commission d’examen sur la sécurité ferroviaire. «Il existe encore malheureusement plusieurs facteurs de risques non corrigés par l’industrie ferroviaire et par le gouvernement canadien», lit-on en début d’un document.

La possibilité d’une troisième catastrophe ferroviaire au centre-ville de Lac-Mégantic après celle de 1918, qui avait causé la mort des deux conducteurs de locomotives qui étaient entrés en collision en manœuvre d’approche de la gare, et celle de 2013, qui a fait 47 victimes et détruit une bonne partie du centre-ville en raison d’un convoi de pétrole parti à la dérive, y est présentée comme un «risque réel imminent».

La reprise, en janvier 2014, par la compagnie Central Maine & Québec Railway, du transport de matières dangereuses telles le gaz propane, l’acide sulfurique, le chlorate de sodium, l’essence d’automobile avec éthanol sur des rails de catégorie no 1, donc de plus basse gamme, n’a pas de quoi rassurer les Méganticois, souligne le mémoire. «La reconstruction du nouveau centre-ville est aussi grandement affectée par des retards qui s’additionnent en lien avec les craintes des promoteurs à l’égard du transport ferroviaire», avance la Coalition.

Un état de situation que ne semble pas partager la Ville de Lac-Mégantic, constate Robert Bellefleur. La Ville de Lac-Mégantic était représentée devant la Commission par sa directrice générale, Marie-Claude Arguin. «Elle ne parlait qu’en anglais, avec que de bons mots sur la CMQR. À l’entendre, si la population avait encore peur du train, c’était parce qu’elle était mal informée», rapporte-t-il.

Le mémoire de la Coalition exprime une grande déception face au manque de volonté du gouvernement canadien d’aller de l’avant dans la construction d’une voie de contournement. La Coalition a obtenu deux rencontres avec le ministre des Transports, Marc Garneau. «La première demande visait à faire cesser les activités de triage et de stationnement des wagons sur les voies de dessertes, en haut de la pente à Nantes afin d’y réduire les risques de trains à la dérive. La deuxième demandait au ministre de rehausser la qualité de la voie ferrée dans la section ouest en pente et en courbes qui traverse la ville, soit un rehaussement d’une catégorie un à une catégorie deux afin d’en améliorer l’état et la sécurité», d’ici à la construction d’une voie de contournement. La réponse du ministre : il appartient aux compagnies de gérer elles-mêmes l’utilisation de leurs voies ferrées, incluant leurs voies de dessertes, et la classification des voies est sous la juridiction exclusive des compagnies selon le tonnage et la fréquence des convois y circulant.

«Si le ministre lui-même ne peut rien faire pour Lac-Mégantic, alors qui pourra le faire? Si on tolère de tels facteurs de risques à Lac-Mégantic, lieu de la plus grande tragédie ferroviaire du Canada, qu’en est-il ailleurs au Canada?», questionne le mémoire.

La Coalition a demandé à la Commission d’examen sur la sécurité ferroviaire de recommander au ministre des Transports d’autoriser rapidement la construction d’une voie de contournement ferroviaire à Lac-Mégantic, «afin de sécuriser la population et le centre-ville d’ici 2020.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage