L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)

Et pourquoi pas une longue plage?
7/11/2017
1 commentaire (s)

Recherche de transparence, d'abord les faits!
3/11/2017
0 commentaire (s)

Parce que les Méganticois méritent plus...
3/11/2017
1 commentaire (s)


Archives      


Jean-Marc Gagnon et Yannick Gagnon, respectivement président et administrateur de l’OBNL Le Colibri. Le conseil d’administration est également composé d’un autre représentant du Québec et de trois représentants de la France.
Des citoyens d'ici derrière le projet Colibri
Claudia Collard  ( 7/11/2017 )

«La Maison des Énergies sera quelque chose d’unique au Québec et même au Canada. Ce lieu va attirer des touristes mais aussi des spécialistes et toute personne intéressée par le développement énergétique. On veut donner un sens à ce bâtiment là, qu’il soit une inspiration pour la reconstruction et une fierté pour les gens d’ici.» Jean-Marc Gagnon, président de l’OBLN Le Colibri et un de ses administrateurs, Yannick Gagnon, demeurent à Lac-Mégantic. Et entendent tout mettre en œuvre pour démontrer à leurs concitoyens l’importance d’un tel projet.

À préciser d’entrée de jeu: le futur bâtiment qui jouxtera la marina appartiendra à l’organisme sans but lucratif Le Colibri et non à la ville de Lac-Mégantic. Pas question donc, d’augmenter les dépenses municipales et, par ricochet, les taxes des contribuables. Sa construction sera financée par l’apport de partenaires publics et privés. Il reste 2 M$ à trouver sur les 3 M$ nécessaires à la réalisation du projet.
Quant aux frais de fonctionnement, il importe à l’OBLN de prouver la viabilité du Colibri aux bailleurs de fonds potentiels. «Il faut démontrer que ce projet s’autofinance, qu’il ne créé pas de déficit d’année en année, pour obtenir ce financement. Et il n’y aura pas de trou dans la terre tant que ce financement ne sera pas attaché», transmet Yannick Gagnon pour expliquer le délai de réalisation, ajoutant qu’on souhaite débuter les travaux au printemps 2018.

Le futur bâtiment abritera des services de capitainerie et un restaurant pour desservir sa clientèle. «On ne veut rien enlever aux autres restaurateurs. Le Colibri permettra d’attirer des gens de l’extérieur, qui vont aussi fréquenter les commerces locaux. Les gens sont venus voir la tragédie, ils vont revenir pour voir comment la ville se reconstruit. Ça prend quelque chose pour les inciter à demeurer ici plus longtemps. Le focus a été mis sur la catastrophe mais ce qu’on va faire après est encore plus important», communique Jean-Marc Gagnon.

La vision du Colibri va plus loin que son enveloppe physique, renchérit Yannick Gagnon. «Au-delà d’un simple bâtiment, on parle d’une construction qui va susciter autant l’intérêt des Méganticois que des gens de l’extérieur. L’idée c’est que Lac-Mégantic devienne un leader en matière de transition énergétique. Que le Colibri devienne une fierté pour les Méganticois, une «marque de commerce» pour la ville, comme la tour Eiffel l’est pour Paris.»

Enthousiasme que partage le président de l’OBLN. «De l’extérieur, ce sera un bâtiment d’influence. Mais ce qui se passera à l’intérieur sera encore plus important. On ne parle pas de devenir une métropole mais d’avoir une influence en terme écoénergétique. On veut servir d’exemple pour les générations futures. Profitons du contexte actuel pour rebâtir là-dessus!»

Si Le Colibri ne sera pas un bâtiment municipal, l’appui des élus méganticois est primordial, transmettent ses représentants. «La première chose que nous demandent les bailleurs de fonds, c’est : est-ce que la Ville et les citoyens veulent de ce projet? Si la réponse est oui, c’est plus facile d’avoir des subventions. Pour l’instant, on se sent un peu isolés parce qu’on a pas reçu tout l’appui souhaité», indique Jean-Marc Gagnon. «On ne peut démontrer le plein potentiel du projet si les gens qui représentent la Ville ne sont pas prêts à porter le flambeau pour le défendre. Ce sera notre devoir de les rencontrer», ajoute Yannick Gagnon.

Malgré certaines embuches et tout le temps bénévole consacré jusqu’à maintenant à la mise en branle du projet, les deux citoyens méganticois demeurent confiants. «S’il n’y a pas de vision, il ne se passe rien. Tu peux juste être critique et essayer de démolir mais je pense autrement. C’est mon devoir de citoyen de m’impliquer dans un projet qui va générer croissance», confie Jean-Marc Gagnon. «Je suis en train de bâtir ma famille. Je veux que mes enfants vivent dans un bel environnement. Je souhaite aussi que la ville se développe. Ce n’est pas assez de reconstruire», considère Yannick Gagnon.
Toute personne désireuse de nourrir ce projet de nouvelles idées est invitée à contacter les représentants du Colibri. « La plus grande des énergies, c’est l’énergie humaine. Ça prend du monde qui pousse pour que ce projet là avance. Les gens de Lac-Mégantic en premier lieu», conclut Yannick Gagnon.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage