Guignolée
L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
17 décembre
Brunch le 17 décembre
Un cortège funèbre de réconfort
7/12/2017
0 commentaire (s)

L'éclairage du terrain de balle, une urgence!
30/11/2017
0 commentaire (s)

Non-assistance à personne en danger?
23/11/2017
0 commentaire (s)

Bilan d'une première campagne
16/11/2017
0 commentaire (s)


Archives      


La mairesse Julie Morin n'a pas perdu de temps depuis son entrée en poste. (Photo Claudia Collard)
La nouvelle mairesse de Lac-Mégantic déjà à l'oeuvre sur le terrain
Claudia Collard  ( 17/11/2017 )

Leadership, transparence et communication. Des caractéristiques qui définiront le nouveau conseil de ville sous l’égide de la nouvelle mairesse Julie Morin, transmet la principale intéressée. À peine entrée en poste, elle a déjà rencontré plusieurs acteurs de la communauté liés à la réalisation des principaux dossiers. Pour elle, la valeur d’une tâche se mesure en terme d’efficacité.

Parmi ses priorités, informer la population sur la construction de la nouvelle caserne, dossier dont la transparence a fait défaut dès le départ, entrainant son lot de critiques et de désinformation. «Il va falloir transmettre aux citoyens tout ce qui s’est fait depuis le début et s’assurer de les informer à chaque étape subséquente, voire consulter au besoin. Nous en sommes actuellement à déterminer la meilleure façon de rejoindre les gens. Chose certaine, ce sera fait avant la présentation du budget.»

À l’heure actuelle, le projet de caserne a reçu confirmation d’une subvention du ministère des Affaires municipales couvrant entre 65% à 70% de cette infrastructure de 4,3 M$, la balance comprenant les quotes-parts de la Ville ainsi que des municipalités de Frontenac, Piopolis et Marston. «Il faut comprendre que si on rejette le projet en cours, tout est à recommencer», signale la nouvelle mairesse, pour qui informer constitue la meilleure façon d’avancer. Sa page Facebook «Julie Morin - Mairesse de Lac-Mégantic», a d’ailleurs été créée dans cette optique.

Quant au dossier de la voie de contournement, la mairesse de Lac-Mégantic considère que la Ville «doit mettre son pied à terre pour assumer son leadership, faire des demandes claires avec des échéanciers clairs et s’assurer que les gouvernements font leur travail. C’est à la Ville de s’assurer que nos députés travaillent pour nous. Mais nous ne sommes pas des promoteurs ferroviaires, ce n’est pas notre rôle. On a appris du passé et on doit maintenant travailler autrement», transmet l’ex-conseillère municipale, qui s’est déjà entretenue avec les députés Luc Berthold et Ghislain Bolduc à cet effet.

Une partie de la confiance de la population méganticoise à l’endroit des élus municipaux sera imputable aux avancées en matière de reconstruction. Et qui dit reconstruction, dit Bureau de reconstruction, un outil essentiel mais qu’on doit redéfinir, laisse entendre Julie Morin. Si les conférences d’inspiration et le discours de reconstruction humaine revêtaient leur importance au lendemain de la tragédie, il importe de passer à une autre étape. «Les gens sont impatients et je les comprends. Mais il faut se rappeler que la rue Frontenac n’est rouverte que depuis un an. Le Bureau de reconstruction doit être un levier pour des projets et il faut savoir l’exploiter. Ce leadership doit toutefois être assumé par le conseil municipal. Le Bureau ne doit pas servir de bouclier.»

Ce jeudi, Julie Morin prenait part à une rencontre liée à la reconstruction de la salle des Chevaliers de Colomb, qui ne pourra être érigée sur son emplacement d’origine, compte tenu des besoins en stationnement du futur hôtel. «C’est une priorité de les ramener au centre-ville. Le Bureau de reconstruction a travaillé étroitement avec les promoteurs dans ce dossier. On les a rencontrés à plusieurs reprises et il a toujours été clair qu’on veut les garder au centre-ville», communique Julie Morin, qui souhaite en arriver à une solution le plus rapidement possible.

Quant au dossier de revitalisation de l’ancien bâtiment de Billots Sélect, pour y reloger le centre magnétique, le marché public et y aménager un espace jeunesse à l’extérieur, Mme Morin entend maintenir le cap. Même si les besoins exprimés représentent des dépenses estimées à 7 M$ au lieu des 3 M$ pressentis. «C’est un projet qui va attirer des jeunes et contribuer à la relance économique, en plus de permettre un accès à la rivière. Oui les coûts de transformation ont été sous-évalués et il est clair que personne ne veut que ce projet ne soit pas viable. Le centre magnétique est en train de refaire son plan d’affaires, optimiser les espaces, changer les matériaux… On regarde aussi d’autres possibilités de financement.»

Pour Julie Morin, les futurs investissements de la Ville doivent contribuer à l’augmentation de la population. «On a tous les services, en plus de la qualité de vie. C’est devenu la mode de s’établir en région. Il faut tirer profit de ce momentum.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage