L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
19 septembre
Bingo 19 septembre
Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir ?
28/6/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir?
27/6/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Au Centre des femmes, en rénovation, dans l’ordre habituel, Zakya Ares, Stéphanie Girardeau, Éléonore Foulon, Marie-Andrée Amyot et Carole Dodier.
Mission en transition au Centre des femmes
Rémi Tremblay  ( 1/3/2018 )

Après plus de 35 ans d’existence, le Centre des femmes de la MRC du Granit garde toujours grandes ouvertes les portes de sa maison de la rue Villeneuve pour continuer à répondre aux besoins de ses membres. Mais ses intervenantes prennent davantage la route à la rencontre des autres groupes de femmes du territoire oeuvrant dans le secteur communautaire afin de tisser de liens, de mobiliser et d’éduquer. Autre enjeu tout à fait actuel pour l’équipe multidisciplinaire qui y travaille, l’accueil des immigrantes.

«On est là pour souligner la femme au féminin. On est pour montrer que la femme a sa place dans la société, sans agressivité. Pour prôner une compréhension de la place de la femme. Pour redonner le pouvoir à la femme. Faire comprendre que par elle tout peut passer sans trop porter le chapeau de dirigeante.» Celle qui parle ainsi, Zakya Ares, est le nouveau visage du multiculturalisme de la région.

L’intervenante psycho dans l’équipe de la coordonnatrice Carole Dodier s’est récemment retirée à Notre-Dame-des-Bois après avoir initié une ressource pour hommes en Haute-Yamaska et créé un programme en Estrie pour hommes abusés sexuellement dans l’enfance. La femme d’origine marocaine est établie au Québec depuis un peu plus d’un quart de siècle. Journaliste, elle est aussi l’une des instigatrices du Rallye Aïcha des Gazelles, créé en 1990, le seul raid 100% féminin au monde. Sa vision à elle, un véritable «centre des femmes du Monde», est partagée par l’ensemble de l’équipe.

«On a une équipe multidisciplinaire avec chacune ses forces et ses compétences», insiste Carole Dodier. Éléonore Foulon s’occupe du volet développement personnel et planifie les activités «pour rendre les femmes autonomes à tous les niveaux.» Son agenda pour 2018 se précise : ateliers de conscience, de bien-être, de mécanique, de cuisine… Et des événements, tels les soupers pizza et le dîner bla-bla. «Ici, ce sont nos membres qui nous proposent des activités et nous, on est là pour répondre à leurs besoins.»

Avec son bac en nursing et sa formation d’infirmière, Marie-Andrée Amyot va intervenir plus spécifiquement dans le volet santé. Un rôle important dans l’équipe puisque Carole Dodier le dira elle-même : «Ma vision à moi, c’est qu’on arrive à proposer aux femmes qui sont encore en état de choc post-traumatique, une démarche pour les aider à s’en sortir.» Les prochains mois serviront à définir la démarche et la thérapie de groupe qui en sera liée.

C’est aussi le Centre des femmes qui a développé auprès des jeunes tout un volet d’éducation. Entre autres celui en lien avec l’éducation sexuelle au primaire, mis en place aux écoles de Saint-Romain et à l’école Sacré-Cœur de Lac-Mégantic. Sans compter le cours d’éthique en secondaire 1 qui aborde les stéréotypes sexuels et le soutien aux jeunes mères.

L’autre membre de l’équipe, Stéphanie Girardeau, s’attaque aux communications, pour ainsi augmenter la visibilité du Centre des femmes.

L’immigration au féminin

Le Centre des femmes veut également devenir le point d’ancrage des femmes issues de l’immigration en région. Mais combien sont-elles ? «On ne sait pas, admet d’emblée Carole Dodier. Les entreprises d’ici ont commencé à embaucher des immigrants, mais si les hommes sont ici, les femmes n’ont pas encore déménagé. On va s’arranger pour être là quand elles arriveront. Leur dire qu’elles ont un endroit à elles pour vivre leur intégration.»

L’intervention du Centre va se faire en collaboration avec Intro-Travail et le Carrefour Jeunesse Emploi. Au programme, créer des liens d’amitié, des liens de travail et des dîners internationaux. Tout ce qui permettra aux nouvelles arrivantes d’intégrer rapidement leur milieu d’accueil.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage