L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
27 septembre
Le couleur des mots
28 septembre
Claud Michaud
La bourse ou la vie?
20/9/2018
0 commentaire (s)

Besoin de créateurs d’emploi
7/9/2018
0 commentaire (s)

Enlever le mal à la racine!
6/9/2018
0 commentaire (s)

Croissance: solution ou problème?
4/9/2018
0 commentaire (s)

Deux oublis réparables
30/8/2018
1 commentaire (s)


Archives      


Feu vert à la voie de contournement
Claudia Collard  ( 11/5/2018 )

Les gouvernements du Québec et du Canada ont conclu une entente de principe en vue de la construction d’une voie ferroviaire qui contournera le centre-ville de Lac-Mégantic. Connue quelques jours plus tôt, la nouvelle a fait l’objet d’une annonce officielle le matin du vendredi 11 mai devant la gare patrimoniale, en présence des premiers ministres Justin Trudeau et Philippe Couillard et du ministre fédéral des Transports Marc Garneau.

«Le jour de l’annonce d’un projet d’infrastructure, les politiciens impliqués sont normalement tout sourire. Mais pas aujourd’hui. Il n’y a rien qu’on ne redonnerait pas pour revenir dans le passé, pour nous éviter d’être ici aujourd’hui à faire cette annonce. Évidemment, nous ne pouvons réécrire l’histoire mais nous pouvons ensemble façonner l’avenir. Nous savons que certaines blessures ne guériront jamais, mais nous espérons sincèrement que cette voie de contournement ferroviaire marquera un nouveau départ pour les gens de Lac-Mégantic», a transmis le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

Évalué à 133 M$ le projet consiste en l’aménagement de 12,8 km de nouvelle voie ferrée, financée à 60% par le fédéral et 40% par le provincial. Le tracé retenu serait le plus avantageux sur le plan financier et selon l’analyse des caractéristiques techniques, des impacts sociaux, de la planification territoriale, des enjeux environnementaux ainsi que des passages à niveau et des ponceaux.

Le gouvernement du Canada sera le maître d’œuvre du projet et s’assurera de l’acquisition des terrains selon le processus fédéral d’expropriation. Le fédéral a également conclu une entente avec la compagnie ferroviaire CMQ, qui sera propriétaire et exploitant de la nouvelle infrastructure.

Pour le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, la construction d’une voie de contournement est beaucoup plus qu’un projet conventionnel d’infrastructure ferroviaire. «Il s’agit d’une réponse exceptionnelle à une situation exceptionnelle, qui est issue d’un moment extrêmement douloureux dans l’histoire du Québec moderne.» Le choix du nouveau tracé fait l’objet d’un consensus, ce qui ne signifie pas nécessairement «unanimité», a-t-il précisé. «Considérant les implications potentielles de ce projet de contournement ferroviaire pour les municipalités de Nantes et de Frontenac, leurs représentants ont été consultés et M. Trudeau et moi-même les avons rencontrés il y a quelques minutes à peine», a transmis M. Couillard le matin de la conférence de presse. Il a par ailleurs indiqué qu’un Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) spécifique sera tenu sur le tracé privilégié. «Nous ferons en sorte que les informations obtenues lors du premier BAPE seront retenues lors du deuxième et que ça ne nuise pas à l’échéancier du projet», a-t-il indiqué. Selon les prévisions, l’ensemble des études serait complété en 2019 en vue d’une réalisation complète en 2022.

«Nous sommes réunis ce matin pour lancer un projet qui est beaucoup plus qu’un chemin de fer, mais bien un projet de reconstruction sociale pour la région. Nous allons de l’avant avec cette voie de contournement parce que les citoyens en ont besoin. Aujourd’hui marque une nouvelle étape de reconstruction pour les Méganticois. Mon message ce matin est très simple: on va faire cette voie de contournement de la bonne manière et on va la faire ensemble», a communiqué le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau. «Bientôt le train ne passera plus au centre de cette ville et nous pourrons rebâtir en toute quiétude. Rien ne pourra effacer cette tragique soirée. Cependant, une fois le projet réalisé, nos nuits pourront devenir plus paisibles», a pour sa part émis le député de Mégantic, Ghislain Bolduc.

«Ce matin, tout comme une grande partie de la population, je pousse un immense soupir de soulagement. En cette journée importante, je ne peux faire autrement que de penser à celles et ceux qui nous ont quittés le 6 juillet 2013 et à leurs proches qui, depuis, tentent de trouver un sens à ce qui reste. Je pense à cette catastrophe environnementale, qui a détruit à jamais nos repères et notre quiétude. Je pense aussi à tout le chemin parcouru. Collectivement, nous n’avons jamais cessé d’avancer», a évoqué la mairesse de Lac-Mégantic, Julie Morin, voyant dans la future voie de contournement l’espoir d’un avenir meilleur pour les générations à venir.

Un tracé contesté

Consciente que le scénario de contournement retenu aura un impact négatif sur certaines propriétés du territoire de Nantes et Frontenac, dont les résidants devront vivre avec les conséquences du train comme nouveau voisin, Julie Morin s’est voulue rassurante. Elle rappelle que depuis six mois, les maires de Nantes et Frontenac, la préfet de la MRC du Granit et elle-même ont choisi de travailler en collaboration, afin que ce projet majeur soit porté par les trois municipalités. «Maintenant qu’une annonce se concrétise, je nous souhaite de garder le cap sur notre objectif premier de maintenir la bonne relation que nous avons réussi à bâtir. Continuons à travailler avec les différents paliers de gouvernement, pour réduire au maximum les impacts sur nos citoyens et supportons ceux qui seront touchés, quel que soit le tracé final. Évitons qu’ils deviennent des victimes collatérales du 6 juillet 2013. Je pense qu’ensemble on a le devoir de les supporter et j’ai confiance qu’on va y arriver.»

Si la modification du tracé est encore possible, notamment à la suite du BAPE prévu en ce sens, le premier ministre du Québec précise qu’ «on ne va pas recommencer le processus à zéro. S’il est possible de faire des déplacements acceptables sur le plan des coûts qui peuvent amenuiser certaines contraintes, je suis certain qu’on va le considérer. C’est pour ça que la petite consultation de plus s’imposait.» Philippe Couillard a informé que le «mini-BAPE» aura lieu «dès que possible», une fois les études d’impact du promoteur complétées.

Le fait que des convois ferroviaires demeureront immobilisés en haut de la pente, à Nantes, même avec le nouveau tracé, est aussi source d’inquiétude pour une partie de la population. Ce à quoi le ministre Garneau a répondu que le scénario de contournement retenu a été choisi avec le souci de préserver certains aspects économiques, «comme le fait que le train puisse rejoindre le parc industriel. Le tracé qui a été annoncé aujourd’hui rejoint notre but principal, c’est-à-dire d’enlever ce train du centre-ville et d’aider la ville de Lac-Mégantic dans son développement économique.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage