L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir ?
28/6/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir?
27/6/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Conrad et Yolande Boulanger ont beau visualiser l’endroit choisi sur leur terre pour le tracé de la voie de contournement, le projet leur paraît tout simplement insensé.
Tracé de contournement: des résidents veulent un référendum
Rémi Tremblay  ( 28/5/2018 )

La famille de Conrad Boulanger connaît mieux que n’importe quel ingénieur les caractéristiques de la terre familiale. Celle-ci longe les deux côtés de la 204, enjambant deux municipalités, Lac-Mégantic et Frontenac. Si 70% de sa superficie est située à Frontenac, c’est entièrement du côté de Lac-Mégantic que passerait la voie de contournement ferroviaire, à quelques mètres des bâtiments de ferme. Yolande Boulanger, 80 ans, est catégorique: «Le tracé proposé est insensé!»

Pour la confection de l’étude de faisabilité du projet, à sa connaissance aucun représentant d’Aecom n’a mis le pied sur la terre, ni remonté jusqu’à la ligne arrière du lot. «Ils vont creuser à la grandeur de la terre, jusqu’à neuf mètres sous la 204, en essayant de respecter une pente de 1,15 degré au maximum. Ils vont frapper du cap. Et ça coûte cher creuser dans le cap.»

Même si les plans qu’elle a vus ne sont pas très précis, elle n’en demeure pas moins perplexe. Le tracé prévoit une occupation de 60 mètres de largeur et un «canal» de 15 à 21 mètres de profondeur. «L’hiver, ils vont la mettre où la neige?» Sans compter, notent les Boulanger, les différentes courbes que devra suivre le train en remontant vers le haut de la terre. Des courbes encore plus prononcées que celle qui ferait encore problème au centre-ville de Lac-Mégantic, en cas de train à la dérive.

Une randonnée sur la terre en véhicule tout-terrain permet rapidement de constater qu’à certains endroits le sol arable ne recouvre le roc que de quelques centimètres. Herser demande une bonne connaissance du terrain afin d’éviter d’endommager la machinerie.

Les Boulanger auraient aimé guider les ingénieurs qui tracent la voie à travers champs, afin qu’ils mesurent bien l’ampleur de la tâche avant d’arrêter leur choix. Mais, de toute évidence selon eux, les spécialistes d’Aecom ont fait leurs devoirs à partir de cartes topographiques posées sur leurs bureaux.

Yolande et Conrad sont des Méganticois. Ils ont déjà payé leur tribut de vie humaine. Leur petit-fils de 19 ans, Frédéric Boutin, le fils d’Isabelle, faisait partie de la liste des 47 victimes à qui la communauté rendra hommage le 6 juillet, lors des commémorations entourant le cinquième anniversaire de la tragédie. Ils ne veulent pas arrêter le progrès, ni stopper le train, mais ils doutent fort que la voie de contournement ferroviaire fasse l’unanimité dans la population, celle de Frontenac, de Nantes et même de Lac-Mégantic. Et pour le savoir, les trois municipalités, dit Yolande Boulanger, devraient aller en référendum. «Ce n’est pas vrai que tout le monde veut une voie de contournement», insiste-t-elle. Elle a entrepris des démarches afin de savoir combien cela prend de citoyens pour le réclamer. «Avec 12 citoyens propriétaires, on pourrait le demander», s’est-elle fait répondre. Elle garde donc espoir.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     2 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vos commentaires
Danny gaboury (2018-05-28 à 21:56)
Bonjour mme yolande et monsieur corad nous on es du meme avis que vous on en veut pas de voie de contournement sa ne regle meme pas la question de sécurité il detruise notre ville a des fin commercial pas pour la sécurité le moral des gens ne va pas bien c pas a cause de la voie ces la destruction de la ville par les élus eux meme moi je pense que ces de la sécurité que sa prend pas encort une expropriation dune 45 personne des vie seron boulverser encort nous somme des victime collatéral de laccident du train .arretton de fair des victimes stopond la débandade de ce train et commençons a se reconstruire pour le bonheur de tous

Mario Pouliot (2018-05-30 à 23:25)
Me, Myself and I... Personne ne veut une nouvelle voie ferrée dans sa cour; personne. On voudrait qu'elle demeure là où elle est, c'est-à-dire au pire endroit possible, là ou le moindre incident menacera le plus grand nombre possible de vies, là où le prochain déraillement, qui pourrait se produire en plein après-midi, pourrait faire plusieurs centaines de victimes. Pas grave! Ma tranquillité vaut bien des centaines de morts, la destruction d'un centre-ville d'une valeur inestimable et la contamination des terrains, de la rivière et, éventuellement du lac. Si on attend l'unanimité ou un fort consensus il semble bien que la voie de contournement ne verra jamais le jour, à moins de passer très profondément sous terre. Est-ce assez clair pour être lu et clairement compris?



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage