L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
14 décembre
rallye maison
15 décembre
PHIL ROY, 15 décembre
Dépossession tranquille
13/12/2018
0 commentaire (s)

Pourquoi pas plus au nord?
13/12/2018
0 commentaire (s)

Culture et agriculture
10/12/2018
0 commentaire (s)

Souriez, c'est gratuit
6/12/2018
0 commentaire (s)

Ça fait cher pour deux ou trois roches!
29/11/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Paule Rochette, présidente de la Corporation de parents de l’école Freinet. (Photo Benoit Paquette)
Le projet d'école alternative encore bien vivant
Claudia Collard  ( 25/9/2018 )

Si le projet d’école alternative basée sur la pédagogie Freinet ne pourra devenir réalité à Piopolis, la Corporation de parents poursuit ses efforts afin que cette option soit offerte à l’intérieur d’un établissement d’enseignement primaire du territoire granitois.

Lors d’une récente réunion du conseil d’administration de la Corporation, la directrice des services de l’enseignement de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Dany Grégoire, a évoqué la possibilité de présenter le modèle Freinet aux directions d’école du territoire afin de vérifier l’intérêt de celles-ci. Dans l’éventualité où des classes alternatives prendraient place dans un établissement existant, «le coût d’inscription serait nul pour les parents, compte tenu qu’on utiliserait les effectifs et le personnel déjà en place», communique la présidente de la Corporation des parents de l’école Freinet, Paule Rochette, précisant que ce type d’enseignement pourrait être offert à compter de septembre 2019.

D’abord pressenti dans l’édifice municipal de Piopolis, le projet d’école alternative ne pourra être déployé à cet endroit, notamment en raison des coûts jugés trop exorbitants par une majorité de parents. Une facture annuelle s’élevant à 2000$ par enfant. Le conseil municipal de Piopolis a par ailleurs refusé de cautionner le montant total, se chiffrant à 60 000$ par an.

Mme Rochette insiste sur le fait que le projet est encore bien vivant et que sa réalisation ne dépend pas d’un endroit en particulier. «Depuis les tous débuts du projet, la priorité a toujours été aux enfants. Le but premier est de leur offrir une alternative d’enseignement sur le territoire du Granit. Il faut que les parents continuent de croire en ce beau projet, à en parler à la direction d’école et aux enseignants de leurs enfants», fait-elle valoir, invitant les parents intéressés à s’abonner à la page Facebook de la Corporation des parents de l’école Freinet pour être informés des développements dans ce dossier. On peut aussi communiquer avec Paule Rochette via le courriel paule.rochette@bell.net.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage