L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
18 octobre
Bingo
Il est temps d'agir!
9/10/2018
0 commentaire (s)

Magnola en mémoire
4/10/2018
0 commentaire (s)

Des questions toujours sans réponse
1/10/2018
0 commentaire (s)

Message aux amis Solidaires
27/9/2018
0 commentaire (s)


Archives      


Le grand soulagement pour François Jacques de la Coalition Avenir Québec (à gauche) au terme d’une longue campagne électorale qui a porté fruits.
François Jacques affirme sa confiance à l'endroit des forces de la région
Rémi Tremblay  ( 9/10/2018 )

Il s’est pointé à peine une semaine avant le déclenchement de la campagne électorale. Le dernier à venir compléter le tableau des candidats caquistes en Estrie. Aucune association sur place autour de lui. «Zéro bénévole!» François Jacques est fier de ce que sa famille et sa «gang de chums» sont parvenues à faire, l’aider à gagner un siège pour Mégantic dans un premier gouvernement de la Coalition Avenir Québec.

Ce soir d’élection, dans un Musi-Café enflammé, les cris de joie s’élèvent quand sa victoire est proclamée au petit écran. Toute la pression du monde retombe de ses épaules. Son directeur de campagne, Alex Poulin, l’a accompagné toute la journée à travers les 38 localités de la circonscription, pour serrer les mains une dernière fois de la campagne. Il est visiblement soulagé. Pourquoi être entré si tard dans la course? «J’attendais que mes parents me donnent l’opportunité de le faire», confie-t-il, à l’écart du brouhaha de la fête. Business familial exige! «Pour moi, mes parents, ma famille sont importants!» Le vice-président du Centre funéraire Jacques et Fils a heureusement de la relève, son fils Louis-Charles suit son cours de thanatologue à Rosemont.

L’élu ne cache pas son enthousiasme. Il quitte son poste de conseiller à l’hôtel de ville de Lac-Mégantic pour l’Assemblée nationale. «J’aurais démissionné de toute façon, lance-t-il devant les journalistes. Pour des enjeux plus personnels, mais quelque soit le scénario de ce soir, ma décision était prise, je n’y retournais pas!»

Son jugement est sévère sur les 15 dernières années de règne libéral. Et surtout en rapport avec les événements de Lac-Mégantic. «Pour reprendre l’expression du PQ, sérieusement on a été abandonnés par les libéraux. Je le répète, on a été abandonnés par les libéraux. Ils n’ont pas compris ce qui se passait !»

Maintenant que l’Estrie s’est drapée aux couleurs caquistes, à part Sherbrooke qui a voté Québec solidaire, François Jacques se sent d’attaque. «On va être un gouvernement fort pour l’Estrie. On va tout faire pour redonner à cette région la force qu’elle avait dans les années 90.»


   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage