L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Le registre des armes à «feu»
13/3/2019
1 commentaire (s)

La résilience émoussée des Méganticois
11/3/2019
0 commentaire (s)

Hymne à la femme en ce jour du 8 mars
7/3/2019
0 commentaire (s)

Le 8 mars, plus qu'une date!
7/3/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Le député de Mégantic, François Jacques.
L'avantage d'être un député de région
Rémi Tremblay  ( 7/1/2019 )

Élu il y a à peine trois mois, François Jacques a pris ses aises. Son bureau dans l’édifice de la MRC du Granit, au centre-ville, ressemble enfin à un espace habité. Le travail de son équipe avance bien, pour espérer reconstituer l’ensemble des dossiers qui ont disparu des filières le soir de la défaite libérale.

«On voulait compléter les dossiers municipaux pour le 27 novembre, avant la rentrée parlementaire, mais ça prend beaucoup de temps. Sur les 36 municipalités, on a les trois quarts de faits.» Le député caquiste n’a eu droit à aucun appel de son prédécesseur, Ghislain Bolduc. Ni aucun coup de main pour la passation des pouvoirs.

Les premiers projets de loi déposés à l’Assemblée nationale par son chef François Legault n’ont pas suscité beaucoup de vague dans sa circonscription. Et pour cause: «On a toujours dit qu’on allait respecter nos engagements pris en campagne électorale, la plateforme sur laquelle on a été élus.» Le projet de loi sur l’âge légal pour consommer du cannabis n’a pas soulevé un tollé chez les jeunes de sa circonscription. Un seul courriel lui a été acheminé. «On l’a bien dit en campagne, le 21 ans était bien là.»

Même respect de ses convictions quant au dépôt du projet de loi pour réduire les seuils d’immigration. «Avant l’élection, il n’y avait que 4% des immigrants qui venaient en région. L’objectif de l’immigration c’est de répondre aux besoins des entreprises. Même si on entrait 200 000 immigrants et qu’ils ne pouvaient répondre aux besoins des employeurs, ça ne donnerait absolument rien. Par contre, si on embauche un travailleur étranger, qu’on le fait entrer au Québec et signer pour trois ans, il pourra devenir citoyen. C’est de cette façon qu’on réussira l’intégration dans nos communautés.»

Lors de la prochaine session, son gouvernement va déposer le projet de loi sur la laïcité. Si plusieurs groupes comptent monter aux barricades, à Montréal, il y a peu de chance que le sujet vire son comté à l’envers.

L’ancien conseiller municipal à la Ville de Lac-Mégantic dit avoir toujours à cœur la reconstruction du centre-ville et la prospérité économique de la région. En 2019, François Jacques a bien l’intention de continuer à suivre de près le projet d’interconnexion Québec-Maine d’Hydro-Québec. «Il y a une bonne ligne de communication entre Hydro-Québec et les décideurs locaux. C’est un projet d’envergure pour l’économie du Québec.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage