L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections provinciales 2012
>  Archives
J'appuie des Chevaliers à 100%!
14/9/2017
0 commentaire (s)

Réveillons-nous!
14/9/2017
0 commentaire (s)

Mission terminée...
14/9/2017
0 commentaire (s)

L'homme derrière le maire de Frontenac
7/9/2017
2 commentaire (s)

Redonnez le terrain aux Chevaliers!
7/9/2017
0 commentaire (s)


Archives      


La desserte ferroviaire de Logi-Bel annonce des jours meilleurs
Rémi Tremblay  ( 27/8/2009 )

Québec et Ottawa ont mis la main à la pâte et contribué à la mise en place d’une desserte ferroviaire au centre de transbordement de Logi-Bel, en plein cœur du parc industriel de Lac-Mégantic. Coût total du projet: 540 000$, incluant la participation de la Ville de Lac-Mégantic, de la compagnie de chemin de fer Montreal, Maine & Atlantic et l’intervention de différentes instances économiques. «La crise économique ne nous aide pas présentement, mais l’avenir est très prometteur», tenait à rassuer le co-propriétaire de Logi-Bel, Béland Audet, lors de l’inauguration des installations, le 21 août.

L’entreprise privée spécialisée dans l’entreposage et la logistique des transports évalue à 300 000 livres de marchandise qui sont manutentionnées chaque semaine dans ses vastes entrepôts. «Notre capacité de transbordement est très grande. Notre objectif est de réhabituer les manufacturiers au transport par train, une solution à la fois économique et écologique», insiste Béland Audet.

En opération depuis dix mois, la desserte ferroviaire de Logi-Bel connaît un trafic en progression. Le bâtiment de 50 000 pieds carrés, construit le long de la rue Villeneuve et dans lequel pénètre l’embranchement de chemin de fer, est encore loin d’atteindre sa pleine capacité d’entreposage.

«On accentue le travail de vente, avec des consultants en marketing, sur l’ensemble du territoire de la MRC, mais aussi avec l’intention d’intéresser les entrepreneurs de Beauce et de l’Amiante, ajoute-t-il. Par exemple, un village comme Saint-Gédéon offre une capacité de volumes à transborder très intéressante, pas seulement pour l’acier mais aussi dans les composites.»
Lui et son partenaire d’affaires Charles Fontaine exploitent l’entreprise dans laquelle un total d’environ 3 millions de dollars a été investi, dans sa phase initiale.

Le gouvernement du Québec épaule d’autant plus les deux promoteurs que «le développement de l’intermodalité constitue une pièce maîtresse de la stratégie de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre dans le domaine des transports», d’affirmer la députée de Mégantic-Compton, Johanne Gonthier.

«Il ne fait aucun doute que la construction de cet embranchement aura d’intéressantes retombées pour notre région, tant au plan socioéconomique qu’environnemental. Ce projet correspond tout à fait aux objectifs du Programme d’aide à l’intégration modale (PAIM), qui a été mis sur pied dans la perspective d’une meilleure intégration des modes à l’intérieur du système de transport au Québec.»

Par la voix de son représentant en région, Jean Paré, le ministre canadien des Travaux publics et des Services gouvernementaux, Christian Paradis, député de Mégantic-L’Érable, a réaffirmé l’appui de son gouvernement à l’entreprise localisée dans le parc industriel. «L’aménagement d’un nouveau lien ferroviaire dans son parc industriel aidera Lac-Mégantic à se positionner comme carrefour commercial pour le transport par route et par chemin de fer, a-t-il transmis. Cette infrastructure confère à la ville un atout supplémentaire qui lui permettra de dynamiser son économie et d’attirer de nouvelles entreprises qui, en retour, contribueront à son développement.»

Ainsi dotée d’installations modernes, Lac-Mégantic, croit-il, peut d’ores et déjà plus facilement tirer profit de sa proximité avec les marchés de la Nouvelle-Angleterre, en plus de disposer d’un avantage concurrentiel de taille pour devenir un acteur important du secteur des exportations destinées aux Etats-Unis.

Ottawa est allé d’une contribution non remboursable de 110 000$ dans le projet, alors que la subvention de Québec se chiffre à 125 000$.

La mairesse de Lac-Mégantic, Colette Roy Laroche, ne voulait manquer l’événement pour rien au monde. «La Ville démontre encore aujourd’hui que le développement industriel demeure au cœur de ses priorités», a-t-elle tenu à livrer, souhaitant du même souffle que «les quelques signes de reprise économique nous conduisent à une véritable relance au cours des prochains mois.»

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage