L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Voie ferrée: un message clair!
6/6/2019
0 commentaire (s)

Mise au point du maire de Audet
30/5/2019
0 commentaire (s)

Merci de votre générosité!
30/5/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Jérôme Dubé, René-Paul Lacombe, Marie-Claude Maillet, Paul Dostie et Diane Roy.
L'expérience humaine des Greeters
Claudia Collard  ( 22/5/2019 )

Les Greeters sont de retour une troisième année à Lac-Mégantic. Ces passionnés de leur ville accompagnent de petits groupes de touristes pour une balade où s’entrecroisent histoires et anecdotes du passé, du présent et de l’avenir. Au lieu de la traditionnelle visite guidée, chaque rencontre est personnalisée. Principale carte de visite: l’expérience humaine.

C’est sous l’initiative de Marie-Claude Maillet qu’un comité a été mis en place en 2017 pour démarrer le projet. Pour cette intervenante de l’Équipe de proximité, l’importance de valoriser le sentiment d’appartenance des citoyens à leur ville s’avérait primordial dans le contexte de reconstruction. «Une communauté vivante, c’est une communauté qui s’implique. Et l’échange qui se crée entre visiteur et Greeter est d’une grande richesse humaine.»

Mme Maillet mentionne d’entrée de jeu qu’il n’y a aucun prérequis académique pour devenir Greeter. Chaque bénévole choisi l’angle de sa balade en fonction de ses connaissances et intérêts. Suffit d’aimer sa ville et d’avoir envie de la faire découvrir autrement.

«Il y a plusieurs façons de faire découvrir sa ville. Ça peut être par un tour à vélo, par l’observation d’oiseaux, la visite de jardins. Pour ma part c’est l’histoire, mais ça peut être autre chose. Ce qui prime, c’est vraiment le coup de cœur du Greeter pour sa ville», partage Paul Dostie, impliqué dans le projet depuis ses débuts.

Jérôme Dubé ne manque pas d’anecdotes à raconter. «La plupart du temps, je donne rendez-vous au groupe devant le Bureau d’accueil touristique. On se dirige ensuite au parc de la Croix lumineuse et je placote en chemin. Une fois en haut, je parle un peu de l’histoire de la ville, d’Arnold…», transmet celui qui raconte aussi l’histoire de sa famille en décrivant l’ancien centre-ville, parle des nombreux hôtels s’y trouvant à une certaine époque… (Pour la petite histoire, en 1881, Lac-Mégantic comptait 180 habitants… et sept hôtels!). M. Dubé conserve également un moment de sa balade pour un passage à l’intérieur de l’église Sainte-Agnès.

L’humour est bien souvent au menu des balades des Greeters, favorisant ainsi cette rencontre de proximité avec des groupes d’un maximum de six personnes. Et puisqu’elle fait désormais partie de l’histoire méganticoise, la nuit du 6 juillet 2013 est également évoquée. «Les gens nous posent des questions sur la tragédie mais ils sont très respectueux. Moi j’accepte d’en parler; ça permet de transmettre les bonnes informations. Mais ce n’est qu’une petite partie de la balade de deux heures», mentionne Diane Roy, Greeter qui s’intéresse notamment aux particularités architecturales des différents secteurs de la ville. Et à la chaleur des échanges avec les visiteurs qu’elle accompagne. «Cette rencontre leur donne souvent le goût de connaître leur propre ville», a-t-elle pu constater.

Pour les Greeters méganticois rencontrés mardi, Lac-Mégantic est une aussi ville tournée vers l’avenir. «Au centre-ville, les anciens bâtiments ne sont plus là, mais on peut parler du microréseau électrique qu’Hydro-Québec va implanter pour la première fois ici», évoque Jérôme Dubé. «Je dis aux visiteurs que nous avons le centre-ville le plus propre parce qu’il été nettoyé jusqu’à la glaise», souligne Paul Dostie. «Il n’y a pas de poteaux électriques parce que les fils sont enfouis dans le sol. Avec les ados, l’image de la ville souterraine fonctionne très bien», soulève Diane Roy.

«Quand on va en visite quelque part, on passe souvent à côté de plein de choses parce qu’on ne prend pas le temps de s’informer auprès des gens de la place. Une balade avec un Greeter permet d’avoir accès à cette couleur particulière, à ce contact humain. À Lac-Mégantic, les gens sont accueillants et je veux faire ma part pour le démontrer», communique René-Paul Lacombe, qui débutera cette année comme Greeter.

Les personnes intéressées à donner de leur temps comme Greeter, soit un minimum de trois heures par mois, peuvent s’inscrire sur le site megantic.greeters.info ou contacter Marie-Claude Maillet au 582-7333.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage