L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
19 septembre
Bingo 19 septembre
Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir ?
28/6/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir?
27/6/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Pierre Poulin et sa complice dans sa quête d’archives numérisées, sa sœur Diane.
Pierre Poulin: un regard perçant sur l’histoire et les archives locales
Rémi Tremblay  ( 2/7/2019 )

Pierre Poulin de Lac-Drolet vient de célébrer ses 70 ans. Son handicap visuel aurait pu l’immobiliser dans un fauteuil mais c’est bien mal connaître l’ancien sportif, qui figurait en Beauce comme l’un des meilleurs lanceurs du circuit dans lequel il a évolué, des années après qu’on lui ait diagnostiqué des troubles de la vue.

S’il ne peut discerner à un mètre de lui les traits de son interlocuteur, il a tout de même développé des habiletés qui compensent son problème de la vue. S’il ne peut lire l’avenir, rien dans le passé ne lui échappe. Sur son simple téléphone, il conserve plus de 1 500 captures d’écran, 90 000 mots de documents d’archives puisés dans des journaux, les plus vieux remontant à la fin des années 1800.

L’archiviste de passion a subi 71 opérations aux yeux et des greffes de cornée. «Je vois encore un peu», dit-il, mais en collant l’écran de son téléphone à quelques centimètres de ses yeux, grâce à un logiciel qui grossit les caractères.

Ce fidèle abonné de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec est aussi un client assidu des livres parlés de la Société des livres québécois adaptés. «J’aime tous les livres québécois d’époque.» Il a archivé en captures d’écran tous les livres et revues d’histoire et de centenaires, ceux de Saint-Samuel-de-Gayhurst, Saint-Samuel-de-Frontenac et Saint-Samuel de Beauce avant que sa municipalité devienne officiellement Lac-Drolet, en 1970.

Dans son fichier d’archives, les villages voisins de Saint-Ludger, Saint-Gédéon, Lambton et Lac-Mégantic, depuis l’époque ou Mégantic et Agnès se côtoyaient sans trop se fréquenter.

«Un docteur qui arrive à Mégantic, qui se construit une maison, une personne qui rend visite à un parent à Montréal. Plein d’anecdotes, ce voyage dans le temps.»

Pierre se fait aider par sa sœur Diane. «Au début, je partageais mes recherches dans le groupe Famille Poulin, mais je n’avais pas de commentaire.» Diane a tout sorti sur Saint-Samuel du temps de la bibliothèque publique qui se trouvait sur la rue Frontenac, avant l’incendie de 2013. Y compris les archives du journal Le Travailleur qui a précédé l’Écho de Frontenac.

Il attend une clé USB qu’il a fait venir de l’Éclaireur Progrès, en Beauce. Les éditions archivées de 1909 à aujourd’hui, «comme si je revivais l’histoire au jour le jour.»

Il a passé 250 heures à feuilleter Le Progrès de l’Est, un journal «local, progressiste et éducatif pour les Canadiens français», tel qu’il se définissait dans la période où il a été publié à Sherbrooke, de 1883 à 1924, en tapant les mots-clés dans le moteur de recherche. Dans le temps, partout dans le Québec rural, les familles de 12 enfants avaient droit à une terre gratuite. Une seule famille a obtenu ce privilège à Lac-Drolet. Et ce n’est pas la sienne!

Dans un autre journal consulté, Le Courrier du Canada du lundi 15 février 1886, le moteur de recherche a immobilisé ce court article : «Après un banquet qui a réuni les directeurs, les juges et les invités et au cours duquel l’Honorable M. Blanchet a prononcé un chaleureux discours à la demande des convives, nous nous sommes séparés en félicitant le Président, Monsieur l’abbé Garon, curé de St-Sébastien d’Aylmer, sur les grands progrès réalisés par la société sous son habile direction.»

Il consacre plus de cinq heures par jour à plonger dans l’histoire par les textes de journaux et à les classer par ordre chronologique, ce qu’il appelle les éphémérides. Pour chaque capture d’écran, il appose la référence. «Il n’y a pas grand monde à Mégantic qui a ça en main», dit-il, surtout depuis la perte du centre d’archives qui n’a jamais été reconstitué.

Il aimerait bien «capturer» l’Écho de Frontenac sur support numérique, mais la disparition des données historiques compilées au centre d’archives ont bien sûr toutes été détruites. Un grand espace blanc dans l’histoire de la région.

«À la Grande bibliothèque de Montréal, ils ont accès à toutes les archives d’à peu près tous les journaux de la province qui ont existé mais on n’a rien trouvé de numérisé sur Lac-Mégantic. Absolument rien. Pour moi, ça a été oublié au niveau québécois.» Les archives de l’Écho y sont, mais sur microfiches.

Avant de céder les fruits de sa recherche numérique à un quelconque organisme qui pourrait les accueillir, Pierre Poulin aimerait continuer de les enrichir. Les personnes intéressées peuvent le contacter à l’adresse courriel pierrepoulin26@gmail.com ou par téléphone au 819 549-2967.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage