L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
La sécurité ferroviaire: un cri du coeur
17/10/2019
0 commentaire (s)

Facile comme commentaire!
16/10/2019
1 commentaire (s)

Demandez aux citoyens ce qu'ils veulent!
14/8/2019
0 commentaire (s)

La fierté des gens d’ici !
12/7/2019
0 commentaire (s)

Le bon sens va-t-il prévaloir ?
28/6/2019
0 commentaire (s)


Archives      


Le directeur général de l’entreprise Royer, Simon La Rochelle, pose devant les nouveaux équipements de l’usine ultra moderne de Sherbrooke.
Nouvelle usine de Royer à Sherbrooke
Claudia Collard  ( 25/9/2019 )

­La nouvelle usine Royer de Sherbrooke a été inaugurée lundi. Le gouvernement du Québec et Investissement Québec ont accordé des prêts totalisant 6 M$ à l’entreprise, pour son implantation et l’acquisition d’équipements à la fine pointe de la technologie. Le projet de plus de 10 M$ contribuera au rapatriement des activités en sous-traitance en Asie et de créer une trentaine d’emplois.
Ces investissements permettront à l’entreprise d’entreprendre le virage vers l’industrie 4.0 et de quintupler sa capacité de production, poursuivant ainsi son développement à l’échelle mondiale. L’usine Royer de Lac-Drolet, où la compagnie a pris naissance, poursuit ses activités.

«Depuis notre fondation en 1934, nous n’avons qu’un seul objectif: équiper les hommes et les femmes qui mettent leur cœur à l’ouvrage avec des chaussures de qualité, tout en faisant une différence dans notre communauté», a déclaré Simon La Rochelle, PDG de Royer.

Ce dernier informe que la nouvelle usine de Sherbrooke permet de renforcer la mission de l’entreprise, en misant sur la transformation numérique, l’automatisation et les nouvelles technologies.
Issue d’un héritage modeste l’entreprise fabrique aujourd’hui des bottes hautement spécialisées pour les environnements de travail les plus extrêmes de la planète. «À une époque où bon nombre de concurrents délocalisent leurs activités ailleurs et laissent tomber leurs usines nord-américaines, Royer est l’une des rares entreprises du secteur à maintenir sa production locale», peut-on lire dans le communiqué émis par l’entreprise.

«Lorsque Louis-Philippe Royer a fondé son entreprise, pendant la Grande Dépression, il l’a fait pour nourrir sa famille et soutenir les gens de la communauté où il habitait. Il disait: «Si d’autres en sont capables, nous pouvons aussi le faire». Quatre-vingt-cinq ans plus tard, ce même état d’esprit demeure intact. Nous sommes de fiers fabricants et nous prévoyons le rester aussi longtemps que possible», a transmis M. La Rochelle, en présence de François Bonnardel, ministre des Transport et ministre responsable de la région de l’Estrie, et de plusieurs représentants du milieu des affaires.

Le gouvernement du Québec accorde un prêt de trois millions de dollars par le biais du programme ESSOR alors qu’Investissement Québec consent un prêt de trois millions de dollars à même ses fonds propres.

L.P. Royer conçoit, fabrique et commercialise sous la marque Royer des bottes et des souliers de travail robustes et adaptés aux environnements de travail extrêmes.

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     0 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :



 
 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage