L'Écho de Frontenac, hebdo de la région de Lac-Mégantic
 
 
 
 
>  Actualité
>  Actualité policière
>  Paroles aux lecteurs
>  Portrait
>  Billet de Rémi
>  Billet de Claudia
>  La glaciation du lac
>  La déglaciation du lac
>  Élections fédérales 2011
>  Travaux du CSM
>  Tragédie à Saint-Romain
>  Championnat canadiens de cyclistes
>  Élections municipales 2017
>  Archives
Votre lac a besoin de vous
16/5/2019
0 commentaire (s)

Respect des chasseurs
3/4/2019
0 commentaire (s)

Lettre ouverte sur l'affaire SNC-Lavalin
1/4/2019
0 commentaire (s)


  PAROLES AUX LECTEURS

Archives   


Le registre des armes à «feu» ( 13/3/2019 )

On s’oppose, on calcule, on additionne en dollars, à tort ou à raison, comme si les chiffres seuls rendaient compte de la réalité. Trop souvent, le débat s’arrête au pied de la colonne de chiffres, imposant sans retenue le quant-à-soi, sinon le silence. Les chasseurs ont raison de dénoncer le coût faramineux du registre, mais ils ont tort de conclure à son inefficacité.

Des dizaines d’études à travers le monde ont démontré que le registre, par sa seule existence, a contribué à faire baisser le taux d’homicides et de suicides. D’autres statistiques, sans lien avec le registre, ont montré clairement que plus il y a d’armes en circulation, plus il y a de morts. En 2012, aux États-Unis, il y avait 86 propriétaires d’armes à feu par cent habitants. Au Québec, 28. Le taux de mortalités liées aux armes à feu sur 100 000 décès, aux USA, est de 12; au Canada, de 2,13. Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Il y a d’autres facteurs: il se peut que la vérification du passé des acheteurs d’armes soit plus efficace que le registre. C’est un contrôle nécessaire qui n’exclut pas le registre comme on l’a constaté plus haut. La question est de savoir comment on évalue son efficacité. En pourcentage, en argent ou en drames humains? On ne doit pas rêver d’une efficacité mur à mur ni même de la note de passage comme à la petite école.

En 2015, il y a eu 1 128 suicides au Québec: 833 hommes et 295 femmes. Les armes à feu ont été responsables de 14% des suicides chez les hommes et de 1,3%, chez les femmes. Il y a donc 170 suicides dus aux armes à feu. Si l’arme n’avait pas été immédiatement accessible, combien de vies sur ces 170 auraient pu être épargnées? Quinze, vingt ou trente? Ne tenons pas compte, pour le moment, des dommages collatéraux.

Selon Statistique Canada, «depuis l’arrivée du registre en 1995, on note que le nombre de suicides par arme à feu au Québec est en forte diminution.» Au Québec, nous avons observé une baisse de 60%; 343 suicides par arme à feu ont été commis en 1995, comparativement à 137 en 2008. Son impact est tel que les coroners clament son importance. «Il y a cinq fois plus de risques de suicide s’il y a une arme dans la maison.» En 2015, si le registre avait été maintenu, nous aurions pu éviter 34 décès et d’incommensurables souffrances.

Considérons maintenant les homicides d’origine criminelle et ceux liés à la violence conjugale. En 2017, il y a eu 93 victimes des armes à feu au Québec. Le quart relevait du crime organisé (23). En conséquence, 70 vies auraient pu tirer avantage de l’existence d’un registre. Combien de vies aurait-il pu sauver? Dix, quinze ou vingt? Qu’on ne me rétorque pas que les assassins pourraient se servir d’une arme blanche s’ils n’avaient pas une carabine à portée de la main. Combien parmi eux ne passeraient pas à l’acte parce que tirer, caché dans l’ombre ou dans la foule, c’est bien plus facile que de regarder sa victime dans les yeux avant de lui planter un couteau entre les côtes. Ils ne sont plus dans l’illusion du jeu vidéo, mais dans le face à face, devant la résistance de la chair, le sang qui coule, la peur de l’un et de l’autre.

On agite les chiffes comme des épouvantails parce qu’ils siphonnent l’attention au détriment des mots citant les maux, souvent considérés comme des entités négligeables, voire des intrus indésirables. Par exemple, 20 homicides de moins, cela signifie 20 procès évités. Un procès peut coûter des centaines de milliers de dollars, sans compter le recours systématique à la cour d’appel. Si un criminel coûte soixante mille dollars par an à garder en prison, si on multiplie par 25 ans, puis par 20, on atteint, là aussi, des sommes faramineuses.

Traumatisé, si un des enfants du criminel ou de la victime décroche de l’école ou cède à la délinquance, combien l’État et la société perdront-ils? Bien plus que de l’argent. Oublions, encore une fois, l’aide sociale, la psychothérapie et les soins de santé quand la vie est bouleversée. Si on se sentait concerné par le drame humain, on ferait des pieds et des mains pour l’éviter: le calcul en tiendrait compte. Le malheur, dans ce débat, c’est que nous pouvons compter et nommer les morts, savoir combien coûte le registre, mais nous ne pouvons pas identifier les vies sauvées: elles ne sont que de vagues statistiques déshumanisées. Pourtant, chacun d’entre nous pourrait en faire partie.
Pour faire le tour de la question, il faudrait que les comptables et les actuaires dépassent le coût du registre; il faudrait que les psychologues, les anthropologues, les sociologues et les philosophes nous expliquent notre rapport aux armes et au pouvoir qu’elles confèrent. Il faudrait qu’enfin quelqu’un fasse une synthèse afin que notre pensée échappe à la dictature des lobbies et apprenne les nuances nécessaires à la vie en société. Finalement, avons-nous conscience qu’à jongler avec les chiffres, sans autres considérations, nous sommes en train de fixer un prix à la vie?

Paul Dostie
Lac-Mégantic

   

 

 

| Plus
Commenter cet article     1 commentaire (s)

Votre nom :

Votre courriel :

Commentaires :

Vos commentaires
Yves Boissonneault (2019-03-18 à 16:12)
Monsieur Paul Dostie,

La lecture de votre texte portant sur le registre des armes à feu m’a vivement fait sourciller principalement parce qu’il est rempli d’affirmations gratuites.
Au départ, je crois que nous nous entendons sur deux prémisses qui sont celles-ci :
D’abord, rien n’a pu démontrer que le registre fédéral des armes d’épaule ait pu sauver une seule vie. Ensuite, il est évident que l’instauration du permis d’armes à feu qui accompagnait ce défunt registre fédéral, avec son processus d’enquête (si effectué rigoureusement) nous apporte au Canada une sécurité accrue.
Concernant le suicide, vous vous gardez bien d’éviter de traiter des données de 2008 à 2012, année où le registre fédéral a pris fin. Au cours de cette période, le nombre de suicides a significativement augmenté.
Vous nous citez ensuite une affirmation des coroners à l’effet que le risque de suicide est de 5 fois augmenté lorsqu’il y a une arme dans la résidence. Ne doutant pas de la véracité de cette donnée, je me demande par contre qu’est-ce que cette statistique vient faire dans votre exposé qui se veut un plaidoyer en faveur de l’enregistrement des armes d’épaule. Croyez-vous que cette loi provinciale imposant l’immatriculation des armes des honnêtes chasseurs, collectionneurs et tireurs sportifs vient restreindre la possession et la quantité d’armes que l’on peut conserver dans notre résidence ?
Concernant les homicides, vous affirmez que pour l’année 2017, 70 vies auraient pu tirer avantage de l’existence d’un registre…. Mais comment pouvez-vous prétendre que le fait que le numéro de série des armes de chasse et de tir soit enregistré dans un ordinateur gouvernemental pourrait sauver des vies ? Croyez-vous que l’auteur d’un meurtre ou d’une tuerie de masse va hésiter à passer à l’acte parce que le numéro de série de l’arme qu’il utilise est enregistré au gouvernement ? Regardez la tuerie à la mosquée de Québec. Bissonnette avait avec lui deux armes dûment enregistrées. Ne devrions-nous pas nous demander pourquoi ce dérangé détenait un permis d’armes à feu? Ne croyez-vous pas que nous pouvons mettre en doute la rigueur de l’enquête de nos fonctionnaires lors du renouvellement de ce permis ? Ne pensez-vous pas que la cinquantaine de millions $ qui sera dilapidée dans ce système d’immatriculation des armes que les libéraux nous ont enfoncé dans la gorge pour des considérations purement partisanes (pour faire plaisir à des groupuscules et s’attirer des votes) serait de beaucoup mieux investie dans les ressources qui doivent enquêter lors de l’émission et le renouvellement des permis d’armes à feu ? Et pourquoi pas diminuer la fréquence des renouvellements de 5 à 2 ans ?
Ce qui est déconcertant avec ce registre québécois, c’est que les libéraux de l’équipe Couillard n’ont pas tenu compte de l’expérience de leurs homologues fédéraux avec leur registre scandaleusement onéreux et complètement inutile. Comment fait-on pour ainsi omettre d’apprendre de ses erreurs ?
De toute évidence, ce système d’immatriculation des armes d’épaule est voué au même sort que le registre fédéral mais il appert que ni les politiciens, ni les fonctionnaires avec leurs si mauvaises prévisions, ne sont redevables en gaspillant ainsi les deniers publics…

Votre lac a besoin de vous  ( 16/5/2019 )
Respect des chasseurs  ( 3/4/2019 )
Un mois «à coeur ouvert»  ( 28/3/2019 )






 

> Animaux > Cours > Logements à louer > Motoneiges à vendre > On demande
> Chalets > Divers > Maisons à louer > Motos à vendre > Terrains à vendre
> Chambres à louer > Divers à vendre > Maisons à vendre > Occasions d'affaires > Véhicules à vendre
> Commerces à vendre > Locaux commerciaux à louer > Messages personnels > Offres d'emplois > Vente de garage